Le sujet n'est pas neuf, et pourtant, il marche toujours à l'écran : qu'adviendra-t-il de l'Homme s'il continue à maltraiter sa propre planète ? Le court-métrage d'animation "Voyager" répond à cette question avec poésie.

Il est signé par deux jeunes Français et il est 100 % autoproduit. Mais "Voyager", du nom des sondes envoyées dans l’espace par la NASA en 1977, n’a pas à rougir devant le travail des plus gros studios d’Hollywood.

VOIR AUSSI : Avec la réalité augmentée, voici ce à quoi le monde de demain pourrait ressembler 

Ce court-métrage d’animation d’une dizaine de minutes, réalisé sur plus de deux ans par Loïc Magar et Roman Veiga, risquerait même de vous tirer une petite larme, tant le monde qu’il dépend a quelque chose d'étrangement réaliste – si l’on est tentés de se projeter dans un bon demi-siècle et d’envisager le pire scénario pour l’humanité.

On y découvre une petite fille de 7 ans qui vit et erre seule dans un décor post-apocalyptique, jusqu’au moment où elle découvre, au sol, l’une des sondes Voyager.  Il y près de 40 ans, celles-ci ont été envoyées dans les confins du cosmos avec, à leur bord, de nombreuses données sur l’Homme et la Terre gravées sur des disques de cuivre. 

Voici alors que l’enfant découvre ce qu’elle n’a visiblement jamais connu, ou peut-être oublié.

Réalisé grâce au mélange des techniques de la 3D et de la stop-motion, "Voyager" est en ligne et visionnable gratuitement depuis le 19 septembre.

– Retrouvez aussi l'article d'Adario Strange sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.