La robotique molle, ou soft robotics, est-elle l’avenir de la robotique classique ? Ce champ de recherche est apparu en même temps que la création de matériaux à mémoire de forme. Les robots mous, à la différence de leurs confrères rigides, disposent d’une grande souplesse et d’une mobilité accrue.

VOIR AUSSI : Quand les robots sexuels auront envahi le monde

"Si on veut attraper un œuf avec un robot rigide, il faut faire preuve d'une grande précision dans le contrôle afin de ne pas écraser l’œuf. Un robot mou, lui, va simplement enrouler l’œuf et le soulever en douceur", détaille à Mashable FR Olivier Goury, chargé de recherche en soft robotics au laboratoire DEFROST de Lille. Peu coûteux et imprimables en 3D, les robots mous offrent tout un tas de possibilités, notamment dans le domaine de la chirurgie.

Quelque chose à ajouter ? DItes-le en commentaire.