Une véritable "bourse aux assassinats" a vu le jour sur Augur, un marché de prédiction décentralisé basé sur la blockchain. On peut aussi bien parier sur la mort de Donald Trump que sur la survie du sénateur américain John McCain.

Il fallait bien que ça arrive. Le protocole Augur permet désormais à ses utilisateurs de parier sur le décès d’une personnalité connue et de gagner de l’argent en cas de succès.

VOIR AUSSI : "Pour rester décentralisée, la blockchain a besoin d'une gouvernance", prévient la chercheuse Primavera De Filippi

Après plusieurs années de financement et de développement, Augur a été lancé dans sa version définitive au début de ce mois de juillet. Son but est de devenir un marché de prédiction décentralisé basé sur la blockchain Ethereum.

Concrètement, le marché est contrôlé par ses utilisateurs – on peut faire un tour ici pour mieux comprendre le principe de la blockchain – et leur permet de parier de l’argent sur la probabilité qu’un évènement se produise ou non. Des choses simples, comme le résultat d’une élection ou d’un événement sportif. Et des choses plus complexes ou marginales, comme la probabilité que SpaceX réussisse à envoyer une fusée au-delà de l’orbite terrestre cette année, rapportent nos confrères de Mashable.

La bourse aux assassinats

On peut aussi parier sur la mort d’une personnalité publique. Certains se demandent si le sénateur américain John McCain, atteint d’un cancer du cerveau, survivra avant le 1er janvier 2019. On peut spéculer sur la mort de Jeff Bezos, Warren Buffet, Betty White ou d’autres personnalités, principalement américaines.

On peut également miser sur la probabilité qu’une nouvelle tuerie de masse se produise aux États-Unis dans le courant de l’année, selon Capital.

D’autres parient sur le fait que Donald Trump sera assassiné avant la fin de l’année 2018. Plus de cinquante actions ont déjà été engagées sur ce pari.

Le protocole Augur a été créé par The Forecast Foundation, un "groupe de développeurs et de professionnels de la technologie passionnés par le potentiel des applications décentralisées". Ils n’ont pas la main sur les marchés créés sur le protocole puisque c’est le principe des technologies décentralisées liées à la blockchain.

Le site CoinDesk, spécialiste des informations sur la blockchain, nous apprend par ailleurs que les développeurs ont abandonné la fonction "escape hatch" qui permettait de fermer le système en cas de violation. La seule régulation repose donc sur l’autorégulation et la possibilité, pour les utilisateurs, de déclarer qu’un pari est "non éthique" grâce à un bouton de vote.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.