Quatre ans après avoir dévoilé au monde son rêve ambitieux de construire d'immense drones, Facebook a décidé d'arrêter les frais.

C'est la fin des rêves aériens de Facebook. Dans un article de blog publié mardi, la société californienne a annoncé la fin de son programme Aquila, dont l'objectif était de construire un "système de plateforme de haute altitude" (comprenez drones géants) qui cherchait à fournir un accès Internet haut débit – et, bien sûr, l'accès à Facebook – à environ 4 milliards de personnes qui n'en ont pas.

VOIR AUSSI : Open Cellular, le nouveau projet de Facebook pour connecter le monde entier à Internet

"En travaillant sur ces projets, nous avons été ravis de voir que des entreprises leader de l'industrie aérospatiale ont commencé à investir dans cette technologie, y compris dans la conception et la constructrion de nouveaux appareils à haute altitude", explique Yael Maguire, directeur technique de l'entreprise, dans le post Facebook. "Compte tenu de ces développements, nous avons décidé de ne plus concevoir ou construire nos propres avions et de fermer nos installations à Bridgewater."

Facebook va continuer de travailler avec des entreprises comme Airbus sur des logiciels et des appareils pour que les appareils diffusent Internet aux masses qui n'y ont pas accès.

Aquila fonctionnait à l'énergie solaire et avait l'envergure (mais évidemment pas le poids) d'un Boeing 737. Il aurait volé à haute altitude et aurait envoyé des signaux vers des tours qui les convertiraient en signaux Wi-Fi et LTE pour les personnes situées dans des zones reculées.

Il a effectué deux vols d'essai, dont un le 28 juin 2016, qui a fait l'objet d'une enquête du Conseil national de la sécurité des transports suite à une "défaillance structurelle".

– Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.