Premier vol en solo pour un drone de la NASA mardi dernier. Le test s'est déroulé à la perfection et ouvre de nouvelles perspectives dans l'aviation civile.

Alors que le déploiement des voitures autonomes dans l'espace public connaît quelques ratés, la NASA vient de lancer dans les airs un aéronef sans pilote à bord ou au sol. 

VOIR AUSSI : Des photos aériennes de la NASA dévoilent les zones les plus reculées de l'Arctique et de l'Antarctique

Baptisé Ikhana, l'engin a décollé de la Edwards Air Force Base, en Californie, mardi 12 juin. Un jour à marquer d'une pierre blanche, puisque c'est la première fois qu'un drone autonome se trouve dans l'espace aérien public, sans être suivi par un avion de sécurité. En effet, ce drone a rempli toutes les conditions imposées par la Federal Aviation Administration (FAA) pour se diriger seul au milieu des autres avions.

drone2.jpg
NASA/Carla Thomas

Équipé notamment d'un radar lui permettant d'éviter toute collision avec un autre engin volant, mais aussi d'un dispositif de surveillance qui analyse sa position et la transmet aux autres avions, Ikhana est le fuit de plusieurs années de travail. L'avion autonome a passé tous les tests sans encombre, et la mission est clairement qualifiée de succès par la NASA.

"Nous volons grâce à une technologie qui augmente les aptitudes de sécurité des pilotes", explique Scott Howe, pilote du Neil A. Armstrong Flight Research Center, un centre de recherche de la NASA. "Nous avons pris le temps d'évaluer les risques et de s'assurer que nous, en tant que programme, étions prêts pour ce vol." Un temps estimé à plusieurs mois, selon le rapport de la NASA. 

drone3.jpg
Les ingénieurs de la NASA durant le test.
NASA/Ken Ulbrich

Après un décollage réussi dans le désert des Mojaves en Californie, l'engin a volé à différentes altitudes : 6 000 mètres en zone commerciale, puis 3 000 mètres, dans la zone d'aviation générale. Pourquoi si bas ? Justement pour s'assurer que les pilotes au sol d'Ikhana pouvaient se coordonner avec des contrôleurs aériens comme s'ils étaient dans le cockpit. Pari réussi. "Ce vol historique est un pas de plus vers la normalisation de l'aviation autonome pour les États-Unis", peut-on d'ailleurs lire dans le communiqué de la NASA. 

Une des utilisations potentielles futures de cette technologie pourrait être dans la lutte contre les incendies.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.