Deux mois après la révélation d'une collaboration entre Google et le Pentagone autour d'un projet militaire, la colère des salariés de l'entreprise tech s'intensifie.

Souvenez-vous, en mars dernier, Google confirmait l’existence du Projet Maven : une mission à plus de 7 millions de dollars qui vise à construire un système d’intelligence artificielle capable d’analyser efficacement des images prises par des drones militaires du Pentagone.

VOIR AUSSI : Google aide le Pentagone à analyser ses vidéos de drones militaires grâce à une intelligence artificielle

Mais depuis la révélation de cette collaboration de l’entreprise de la Silicon Valley avec ce programme controversé du département de la Défense des États-Unis, de nombreux employés de Google expriment leur désapprobation.

Une douzaine de salariés ont démissionné

Aujourd’hui, le site Gizmodo rapporte qu’une douzaine de salariés du géant de la tech ont tout simplement démissionné, évoquant des inquiétudes éthiques et morales quant à l’implication de Google dans le domaine politique et militaire. "Les actions sont plus fortes que les mots. Cela ne me satisfaisait plus d’évoquer mes préoccupations juste en interne. Alors la plus forte déclaration que je pouvais faire contre ça, c’était de partir", raconte un de ceux qui a démissionné.

4 000 signatures pour la pétition

Plusieurs sessions de débat et de discussion ont été organisées en interne depuis l’annonce de ce projet polémique, notamment en présence de Diane Greene, CEO de Google Cloud. Mais cela n’aura pas suffi à convaincre les salariés inquiets, qui attendent de Google une clarification de son code d’éthique.

Outre cette douzaine de démissions, près de 4 000 salariés de Google ont signé une pétition adressée à Sundar Pichai – ce qui représente plus de 5 % de la masse salariale de l’entreprise. Pour le moment, Google n’a pas fait marche arrière et continue de mettre son puissant système d’IA au service du Pentagone.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.