Nous avons testé le Moto G6, dernier né des smartphones Motorola, et destiné à tous ceux qui en ont assez de manger des nouilles chinoises lyophilisées pour s’offrir un nouveau téléphone. On peut déjà vous dire que le petit gaillard tient ses promesses.

Nous n’en parlons que rarement chez Mashable, mais Motorola, aujourd'hui propriété du chinois Lenovo, fait partie de ces marques que l’on affectionne, malgré leur baisse de popularité auprès du public au fil des années. Figurez-vous d’ailleurs que c’est à Motorola que l’on doit, il y a 45 ans, le tout premier appel passé depuis un téléphone portable : le 3 avril 1973, Martin Cooper, un ingénieur de la marque, composait ainsi un numéro new-yorkais sur un "GSM" de 1,15 kilo, à l’autonomie de… 35 minutes.

VOIR AUSSI : Transformer son smartphone en appareil photo Polaroid est l’une des meilleures idées qu’ait eu Motorola

Comparé à cette antiquité, le petit dernier des smartphones Motorola, le Moto G6, paraît presque relever de la science-fiction. Il faut dire que la marque, qui s’affiche pour la première fois en six ans en toutes lettres sur cet appareil (jusqu’ici, "Motorola" avait été raccourci à "Moto" ou à son simple logo), nous propose là un modèle complet aux jolies finitions et à un prix qui peut paraître de nos jours presque surréaliste : 249 euros.

Ses qualités 

  • Son prix, 249 euros
  • Sa joli design, simple et efficace
  • Son double-capteur qui fait le travail en plein jour
  • Ses petits plus logiciels, comme ses raccourcis

Ses défauts 

  • Son léger manque de luminosité
  • La qualité médiocre de ses photos en basse lumière
moto_g6_1.jpg
Mashable FR

Qu’on se le dise, ce G6 reste un appareil milieu de gamme. Mais Motorola a fait un effort de taille pour le doter de tout un tas de caractéristiques que l’on ne retrouve habituellement que sur les modèles haut de gamme. À commencer par un dos en verre polymère à la couleur bleue nuit. Plus largement, ce G6 présente un design simple mais équilibré, adouci par des angles arrondis.

Sur sa face avant, on retrouve un écran 5,7 pouces au ratio 18:9 désormais de mise sur les smartphones. S’il ne peut bien sûr rivaliser avec les écrans haut de gamme, il offre tout de même un affichage précis et pas trop désagréable, grâce à une définition Full HD+ (2 160 × 1 440 pixels). Fait appréciable, surtout pour un smartphone à prix modéré, l’intégration du lecteur d’empreinte à l’avant de l’appareil et non au dos, pour une meilleure ergonomie. Celui-ci se transforme également en trackpad. À l’arrière, on ne peut louper le double capteur photo, monté sur un cercle cranté en relief. Compilé au flash LED, il ressemble presque à un petit smiley dubitatif – ce qui n’est personnellement pas pour me déplaire.

moto_g6_2.jpg
Mashable FR

Côté performances, ce Moto G6 est doté d’un processeur Snapdragon 450 et de 3 Go de RAM. Il ne faut pas s’attendre à des étincelles donc, mais les utilisateurs de smartphones qui n’ont pas pour habitude de jouer ou de pousser leurs appareils dans leurs retranchements ne seront pas franchement gênés de ce petit manque de pêche, d’autant que nous n’avons pas constaté de latence lors de notre utilisation.

Les "gestes Moto", de vrais plus

Pour ce qui est de la partie logicielle, ce Moto G6 cumule les bons points. Il tourne sous Android 8.0 Oreo (et promet d’accueillir une mise à jour majeure, c’est à dire Android P, lorsque celle-ci sera disponible) et dispose d’une interface très proche d’Android Stock – la version d’Android dite "pure", sans surcouche, très appréciée des utilisateurs Android.

Les options maison les plus ingénieuses sont les "gestes Moto", une série de raccourcis qui consistent en différents gestes

Motorola a tout de même agrémenté l’OS de tout un tas de fonctionnalités qui font l’originalité de la marque. Les plus ingénieuses sont les "gestes Moto", une série de raccourcis qui consistent en différents gestes : secouer pour activer l’appareil photo rapidement (et secouer à nouveau pour déclencher le mode selfie), trancher (secouer l’appareil en deux coups secs en le tenant par les tranches) pour allumer la torche, capturer en appuyant sur l’écran avec trois doigts… En deux jours d’utilisation, j’ai fait appel à ces raccourcis à plusieurs reprises. J’imagine donc que je m’y habituerais assez vite si je venais à utiliser l'appareil quotidiennement.

À noter qu’il est aussi possible de configurer l’écran pour qu’il ne se mette pas en veille lorsqu’on le regarde, et que retourner l’appareil face contre table active automatiquement le mode "Ne pas déranger" (tiens donc, une option annoncée sur Android P).

Des options photos appréciables

Pour un appareil à moins de 250 euros, l’appareil photo s’en sort franchement bien. Avec un capteur 12 mégapixels ouvrant à f/1,8 (là encore, une belle ouverture pour un milieu de gamme, qui promet théoriquement d’améliorer les clichés basse lumière), couplé à un second capteur de 5 mégapixels qui gère la profondeur de champ, notamment pour le mode portrait, les clichés sont… honorables. Malheureusement, les photos prises dans de mauvaises conditions lumineuses sont parfois assez médiocres.

compil_moto_g6_photos.jpg
Mashable FR
img_20180515_001451614_ll.jpg
Mashable FR

Pour les photos prises dans de bonnes conditions lumineuses, il s'en sort donc beaucoup mieux.

g6_moto_exemples_photos.jpg
img_20180515_085950768.jpg
Mashable FR

 Là où ce Moto G6 fait fort, c’est encore sur les petites options bonus. Trois d’entre elles ont retenu notre attention : d’abord la fonctionnalité "Filtre photo", disponible dans le menu de l’appareil, et qui consiste à isoler une couleur à l’image tout en passant le reste de la prise de vue en noir et blanc. Ce n’est pas d’une utilité criante, mais ça a le mérite d’être rigolo… et de plutôt bien fonctionner. Avis aux amateurs de l'effet "Liste de Schindler", entre autres.

Seconde option que j’ai beaucoup appréciée : l’éditeur de GIF, qui permet de créer un GIF à partir d’un cliché en quelques secondes. Il suffit d’appuyer plus ou moins longuement sur le déclencheur, qui effectuera alors une dizaine de clichés de la même scène, et de cliquer sur "Créer une animation". Le tour est joué.

20180515_130524-animation.gif

Troisième et dernière option, celle qui permet de détourer automatiquement un objet pris en premier plan et d’en faire un fichier PNG. Je ne l’ai pas retrouvée dans le modèle que j’ai testé, mais j’imagine qu’elle viendra lors d’une prochaine mise à jour.

Une autonomie correcte

Motorola nous offre avec ce G6 une autonomie correcte, assurée par une batterie de 3 000 mAh. Si celle-ci n’a donc rien d’impressionnant, elle permet de tenir tout de même un peu plus de 24 heures sans rebrancher le téléphone. Bien sûr, il faudra voir après combien de mois d’usage on pourra en dire de même… Par ailleurs, la charge rapide livrée avec le smartphone permet de passer de 8 à 49 % de batterie, en 30 minutes.

Si l’on cherche avant tout un smartphone avec une grande autonomie, il faudra se tourner vers le G6 Play, second modèle de la gamme à sortir en France ce printemps. Destiné aux utilisateurs qui souhaitent faire passer la robustesse et la fiabilité avant la photo et les performances, il sera disponible au mois de juin au prix de 199 euros. Le G6, quand à lui, est d'ores et déjà en vente chez la plupart des distributeurs.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.