Tesla est face à une situation déroutante. La production de la Model 3 peine à trouver son rythme malgré de bonnes ventes, tandis que la trésorerie baisse et que les actionnaires sont inquiets. Fidèle à lui-même, Elon Musk se montre confiant.

Le constructeur automobile américain Tesla, spécialiste des véhicules électriques et autonomes, brûle du cash à une vitesse folle. Mercredi 2 mai, son titre a chuté de plus de 5 % en bourse après l’annonce de l’argent englouti par l’entreprise ces derniers mois. De quoi freiner les ardeurs d’Elon Musk ? Visiblement pas.

VOIR AUSSI : Le business de Tesla mérite que l'on s'arrête sur quelques chiffres

L’entreprise a fait état d’une perte de 709,6 millions de dollars (593,5 millions d’euros) au premier trimestre de l’année, l’achevant ainsi avec une trésorerie de 2,7 milliards de dollars de liquidités. Le groupe affirme avoir réduit ses dépenses et compte les ramener sous la barre des 3 milliards sur l’ensemble de l’année 2018, contre 3,4 milliards l’année dernière.

Des objectifs à tenir impérativement

Tesla peine à accroître son rythme de production, notamment sur son dernier modèle (Model 3). Dans un courrier aux actionnaires, Elon Musk a promis d’atteindre les 5 000 véhicules produits par semaine d’ici cet été. Une promesse déjà repoussée à deux reprises, comme c’est souvent le cas avec l’investisseur américain.

Lors de la dernière semaine d’avril, le groupe a produit 2 270 Model 3, contre 2 250 au cours de la deuxième semaine du mois. Une augmentation relativement lente, qui peine à combler la demande des 450 000 exemplaires réservés par des clients à la fin de ce premier trimestre. D’ailleurs, le prix de la Model 3, supposé devenir le modèle le plus abordable de Tesla, est passé de 35 000 dollars pièce à 49 000 dollars sur le marché américain.

La marge brute enregistrée grâce à la Model 3 est actuellement négative, mais devrait atteindre l’équilibre au prochain semestre, mais être "nettement positive" au troisième, selon les analystes, cités par Reuters. Il en reste que l’entreprise est pénalisée par ses retards de production et ses promesses non tenues.

Elon Musk face aux actionnaires

Mais cela ne semble pas vraiment inquiéter Elon Musk. Lors d’une rencontre avec des analystes financiers, mercredi 2 mai, le PDG de Tesla s’est montré sec et parfois un brin tranchant. "Ces questions sont si arides. Elles m'achèvent", a-t-il dit après qu'un analyste l’a questionné sur un indicateur de la profitabilité de la Model 3. Son attitude a, semble-t-il, encouragé la chute du titre de l’entreprise.  

L’entreprise peut-elle inverser la tendance ? Malgré les pertes de l’entreprise, qui n’ont jamais été aussi importantes, et la lenteur de la production, Tesla continue d’augmenter ses ventes de véhicules. Au premier trimestre, l’entreprise a vendu un total de 34 494 voitures (24 728 Model S et X et 9 766 Model 3), soit 40 % de plus qu’au dernier trimestre de l’année dernière.

"Même en étant encore sur sa rampe de lancement, la Model 3 est déjà sur le point de devenir le modèle moyen de berline de luxe le plus vendu des États-Unis, et nos livraisons continuent d’augmenter", a affirmé Elon Musk dans une lettre aux investisseurs. Entre ses problèmes de production et sa capacité à attirer les clients, c'est finalement contre elle-même que l'entreprise fait la course.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.