La nouvelle fonctionnalité de reconnaissance faciale déployée par Facebook ne fait pas l'unanimité, mais l'outil pourrait trouver une utilité dans l'aide à la recherche des personnes disparues. Une association australienne fait le test.

L'association australienne Missing Persons Action Network (MPAN) vient de lancer une campagne appelée "Invisible Friends" (Amis invisibles), demandant aux utilisateurs de Facebook d'ajouter en amis les profils de personnes disparues.

VOIR AUSSI : Facebook lance la reconnaissance faciale en Europe, voici comment la désactiver

L'idée de MPAN est simple : tenter de retrouver des personnes disparues en espérant que l'outil de reconnaissance faciale de Facebook les identifie un jour sur une photo postée sur la plateforme, même si elles sont en arrière-plan. 

"C'est l'équivalent 2018 des affiches d'avis de recherche"

MPAN a ainsi créé des profils de personnes portées disparues, comme Zac Barnes dont est sans nouvelles depuis 2016. Si le jeune homme venait à être identifié automatiquement sur une photo par l'outil de Facebook, l'association recevra immédiatement une notification. "C'est l'équivalent 2018 des affiches d'avis de recherche – nous profitons simplement de la technologie qui est maintenant disponible gratuitement – et il n'a jamais été aussi facile pour les gens de s'impliquer", a explqué par e-mail Loren O'Keeffe, fondatrice et PDG du MPAN.

Le concept a été développé par l'agence de création pro bon du MPAN, whiteGREY, qui a créé une dizaine de profils Facebook de personnes disparues. 

"Dès que Facebook a annoncé sa technologie de reconnaissance faciale, nous avons pensé que ce serait parfait pour un organisme de bienfaisance", explique Anthony Moss, directeur exécutif de la création de whiteGREY. "C'est instantané, cela ne coûte rien de créer un profil, il a une portée mondiale – parce que nous ne savons pas où sont les personnes disparues, où elles ont atterri."

Facebook n'a pas donné beaucoup de détails sur la précision de sa fonctionnalité de reconnaissance facile, mais son algorithme DeepFace a identifié des personnes dans une base de données de 4 000 profils avec 97,35 % de précision.

Loren O'Keeffe, qui a fondé le MPAN en 2013 après la disparition de son frère Dan, dit alors avoir réalisé à quel point le public est enthousiaste lorsqu'il s'agit d'aider à retrouver des personnes disparues. Elle espère faire grossir cette campagne dans les mois à venir, et même si personne n'a pour l'instant été retrouvé via Facebook, cela permet de remettre sous les projecteurs la question des disparitions. "Notre objectif est de sensibiliser à la fois à la problématique des disparitions de personnes et à la situation de leurs proches, et offrir un soutien concret à leurs familles afin d'alléger le stress écrasant des disparitions inexpliquées", explique Loren O'Keeffe.

– Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.