Facebook s'est retiré d'un groupe s'opposant à un référendum pour la protection des données. L'entreprise avait précédemment versé 200 000 dollars à ce groupe.

En novembre prochain, les Californiens devront se prononcer, lors d’un référendum, sur une proposition de loi pour la protection des données et de la vie privée sur Internet. Une mesure portée par le groupe Consumer Watchdogs, littéralement "Chiens de garde des consommateurs", et qui a immédiatement donné de l’urticaire à Facebook, Google, Verizon et plusieurs autres boîtes de la tech.

VOIR AUSSI : Les auditions de Mark Zuckerberg sont terminées mais le problème reste entier

Pourquoi ? Parce que le référendum proposé par Consumer Watchdogs, nommé California Consumer Privacy Act, forcerait ces entreprises à dévoiler systématiquement quelles données sont collectées auprès de leurs utilisateurs à chaque requête. Les consommateurs pourraient également demander à ce que leurs informations personnelles ne soient pas vendues.

Google, Facebook, Verizon, Comcast et AT&T ont décidé de former, quelques semaines après l’annonce de la campagne de Consumer Watchdogs, une sorte de "coalition anti vie privée", comme le souligne Ars Technica, pour mener campagne contre ce référendum. Chacune des entreprises a ainsi investi 200 000 dollars dans le Committee to Protect California Jobs, l’organe de la Chambre de Commerce de Californie s’opposant au référendum.

Facebook se désolidarise

Une information locale qui a une résonance internationale suite au scandale Cambridge Analytica et à la manière dont Facebook gère les données de ses utilisateurs.

Quelques jours après que Mark Zuckerberg se soit fait interroger par les sénateurs du Congrès des États-Unis et que celui-ci a promis, une nouvelle fois, de mettre tout en œuvre pour protéger la vie privée de ses utilisateurs, il aurait été difficile de continuer à s’opposer au référendum.

Jeudi 12 avril, Facebook a annoncé son retrait du Committee to Protect California Jobs. "Nous avons fait ce choix afin de concentrer nos efforts sur des mesures de protection de la vie privée raisonnables", a expliqué un porte-parole de Facebook à plusieurs médias américains.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.