Alors que Facebook est au centre de toutes les attentions depuis la révélation de l’affaire Cambridge Analytica, il est tentant de jeter un œil aux pratiques de son réseau social jumeau : Instagram.

Instagram, qui vous le savez appartient à Facebook, a plus de 800 millions d’utilisateurs actifs mensuels et exploite leurs données pour du ciblage publicitaire tout autant que son scandaleux grand frère. Et ça devrait vous inquiéter.

VOIR AUSSI : Il est impossible de protéger les utilisateurs de Facebook contre l’exploitation de leurs données

Tandis qu’un sénateur démocrate a ouvert une enquête sur le partage des données utilisateurs de Facebook avec des tierces parties et que Mark Zuckerberg a finalement fait ses excuses, il est important de se souvenir que les profils détaillés que dresse Facebook de ses utilisateurs ne se limitent pas seulement à ce qu’on partage sur Facebook.com.

Instagram aussi est une terre promise pour le stalking d’entreprise.

Le service permet aux annonceurs d’établir des profils précis en décrivant leur cible rêvée à travers des tas de catégories et de sous-catégories, allant de notre affiliation politique à notre niveau d’éducation.

instaad1.jpg
Les options proposées à un annonceur lorsqu'il créé une publicité pour Instagram.

Grâce à cette data, les annonceurs peuvent théoriquement atteindre des groupes de personnes spécifiques sur Instagram pour procéder à de la désinformation et de l’exploitation de données de la même façon qu’ils le font sur Facebook. Zeynep Tufekci, qui se décrit comme un techno-sociologue, a pointé du doigt dans une tribune du New York Times que le vrai scandale n’était pas Cambridge Analytica, mais plutôt le business model fondamental de Facebook.

Instagram et les trolls russes

Après tout, Cambridge Analytica est juste celui qui a été attrapé. Mais il est presque impossible de savoir combien de développeurs ont utilisé de la data glanée sur Facebook, et donc Instagram, à des fins préjudiciables. Le fait que vous ayez choisir d’ouvrir un compte Instagram plutôt que Facebook pour votre activité sociale en ligne ne vous protège pas de cette dure réalité.

Et au cas où on l’aurait oublié, Instagram a accueilli des tas de trolls russes se faisant passer pour des militants avec pour objectif d’influencer l’élection présidentielle américaine de 2016.

insta.jpg

Vous voyez la petite mention "sponsorisé" au-dessus de ces posts ? Cela signifie que les Russes ont acheté des publicités sur Instagram à l’aide des mêmes données démographiques détailles qui sont fournies à un annonceur qui vend des chaussures, avait remarqué la commission U.S. House Select Intelligence Committee.

Malheureusement, on n’a pas de solutions évidentes pour mettre fin à ce problème - à moins de supprimer vos comptes Facebook ET Instagram bien sûr. Puisqu'Instagram précise qu’il utilise "vos informations et intérêts sur Facebook, ainsi que les sites et les applis que vous visitez" pour son ciblage publicitaire.

Instagram fait partie du monstre Facebook. Et on ne devrait jamais oublier à quel point ce monstre est effrayant et opportuniste.

– Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.