Le PDG de Facebook préfère que ses utilisateurs soient heureux, plutôt que hyper-connectés. Un choix stratégique sensé de la part de Mark Zuckerberg.

Le temps passé sur Facebook a baissé d'environ 50 millions d'heures par jour. Sachant que Facebook est utilisé par 2,13 milliards de personnes par mois et compte 1,4 milliard d'utilisateurs actifs par jour, ce nombre de 50 millions d'heures par utilisateur équivaut à une baisse de 0,035 heure, soit 2,1 minutes par utilisateur et par jour.

VOIR AUSSI : Des experts de l'enfance accusent Facebook de mettre en danger les enfants avec Messenger Kids

Or, pour Mark Zuckerberg, cette chute d'audience est une étape nécessaire si l'entreprise veut continuer 

. Financièrement, l'année 2017 a été faste pour le réseau social qui, malgré cette baisse de temps passé sur Facebook, a connu une hausse de chiffre d'affaires de 47 % et une capitalisation boursière qui a franchit le cap des 500 milliards de dollars. Mais si le réseau veut continuer à exister dans le paysage numérique et dans le temps long, il ne doit pas corrompre le bonheur de ses utilisateurs, estime en substance le PDG.

"2017 a été une bonne année pour Facebook, mais elle a également été difficile", a-t-il fait savoir dans un article sur son compte Facebook. "En 2018, nous nous efforcerons de faire en sorte que Facebook soit non seulement amusant à utiliser, mais aussi bon pour le bien-être des gens et pour la société, en encourageant des liens significatifs entre les gens plutôt qu'une consommation passive de contenus".

Sous le feu des critiques, un changement de stratégie

Après des années de croissance sans précédent, notamment à la faveur des pages de fans et d'actualité sur Facebook, le réseau social annonce vouloir diminuer leur présence dans nos fils d'actualité, passant de 5 % à 4 %.

Une réaction aux critiques des utilisateurs

Désormais, Facebook favorise les posts partagés par des proches ou des sources d'information de "confiance" et "locales", même si cette notion est au final définie par la communauté elle-même. Cependant, le réseau social continue d'être vivement critiqué par ses propres utilisateurs, notamment pour ses impacts sur la santé mentale ou ses failles en terme de protections des données. Rappelons que ces dernières semaines, plusieurs anciens cadres du site ont vivement critiqué ce qu'est devenu Facebook, une machine qui "déchire le réseau social" selon eux.

Pour assurer une évolution positive de sa plateforme, Mark Zuckerberg compte sur ces changements algorithmiques dans le fil d'actualité ou sur les Stories, qu'il considère comme "le meilleur moyen de créer des interactions intéressantes". Récemment, il a également promis que Facebook allait se battre contre les fake news, les discours de haine, ou encore d'être plus transparent à propos des publicités politiques

Des paris pour l'avenir

L'avenir de Facebook n'est pas uniquement basé sur la correction de ces défauts. Par exemple, Facebook Watch, une plateforme vidéo lancée en 2016, semble commencer à fonctionner.  "Il y a des signes prometteurs", écrit Mark Zuckerberg. "Nous sommes optimistes, et nous pensons que Watch deviendra un moyen de rassembler les gens via la vidéo", espère-t-il. 

Du côté du hardware, on retrouvera également le réseau social avec le lancement d'Oculus Go, un nouveau casque de réalité virtuelle conçu en partenariat avec l'entreprise chinoise Xiaomi.

– Adapté par Émilie Laystary et Ana Benabs. Retrouvez la version originale sur Mashable

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.