Bon, on en est encore à la version expérimentale, mais c'est prometteur.

Vous avez toujours rêvé de danser aux côtés d'Uma Thurman et de John Travolta pour vivre la scène culte de "Pulp Fiction" en plein milieu de votre salon ? Eh bien, c'est désormais envisageable. Deux artistes américains ont créé un dispositif permettant de transposer des films 2D en version 3D, façon hologramme, où vous voulez. 

VOIR AUSSI : Comment l’équipe de ski des États-Unis s’entraîne en réalité virtuelle pour les JO d’hiver

Grâce à un outil appelé Volume, développé par Or Fleisher et Shirin Anlen, la 2D devient 3D et peut être intégrée à votre environnement, puis vue grâce à un casque de réalité augmentée. Les deux créateurs de ce projet ont fait le test avec "Pulp Fiction", et bien que le rendu soit encore assez approximatif, il laisse présager de très bonnes expériences visuelles pour l'avenir. 

VOLUME

Pour créer Volume, Or Fleisher et Shirin Anlen ont utilisé un réseau de neurones convolutifs "confronté à des centaines de milliers de couleurs et de profondeurs d'images différentes, jusqu'à ce qu'il soit capable de prédire la profondeur d'un espace lui-même", explique Or Fleisher à Motherboard. En bref, une fois que le logiciel a étudié les proportions des composants d'une scène de film (acteur, taille du décor, lieu...), il peut ensuite les transformer en version 3D à la bonne échelle, dans un environnement bien réel. 

 



 

Imaginé lors de la conception d'un documentaire interactif en réalité virtuelle, ce procédé a finalement été réutilisé par le duo d'artistes pour faire vivre de nombreux films à la façon d'hologrammes. D'ailleurs, leur but reste de développer une application accessible à tous, capable de convertir un maximum d'images 2D en 3D. On pourrait ainsi inviter les hologrammes d'Indiana Jones, Buffy Summers ou encore Anakin Skywalker dans notre appartemment, en somme.

Or Fleisher espère que cet outil pourra faire avancer d'autres technologies. "Ça pourrait être utile pour les voitures sans chauffeur, les enquêtes scientifiques ou même la téléprésence", raconte l'intéressé, avant de conclure avec optimisme que "ce n'est que le début" de cette technologie.

 



 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.