Pour son enceinte connectée, Apple a donc fait le choix d'une commercialisation mondiale en plusieurs temps : disponible dès le 9 février prochain outre-Atlantique et au Royaume-Uni, HomePod ne débarquera en France que quelques mois plus tard.

Cela fait maintenant près de huit mois qu’HomePod, petite enceinte connectée toute en rondeurs, a été annoncée par Apple. C’était d’ailleurs le produit le plus attendu de la WWDC 2017, la conférence développeurs organisée en juin dernier à San José, en Californie.

VOIR AUSSI : Google Home, Echo, HomePod: pourquoi l'arrivée des enceintes intelligentes marque le début d'une nouvelle ère technologique

On apprend ce mardi dans un communiqué que les précommandes seront enfin ouvertes dès vendredi 26 janvier, pour une disponibilité le 9 février, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie. En France, comme en Allemagne, il nous faudra patienter jusqu’au "printemps", selon des informations qui nous ont été confirmées par Apple France. Annoncé à 349 dollars aux États-Unis, il n'a pas encore de prix officiel en euros.

Pour le moment, aucune information non plus concernant la sortie de l'enceinte dans les autres pays du monde n'a été relayée. En étalant sa sortie dans le temps, Apple espère peut-être mieux réguler ses stocks et éviter ainsi les délais de livraisons à rallonge auxquels la plupart des acheteurs de l'iPhone X ont dû faire face.

homepod_availability_apple_music_012218.jpg
Apple

Si HomePod a été présenté comme une "enceinte connectée", il est bel et bien un assistant domestique régi par Siri, venu au monde pour faire de l'ombre à Echo d’Amazon et Google Home. Mais c'est sur la qualité sonore qu'Apple a décidé de tout miser : la petite tour dispose d’un haut-parleur spécial basses (woofer) placé à son sommet et de sept haut-parleurs latéraux réservés aux aigus (tweeters), placés de manière à diffuser le son dans toutes les directions. Pour une écoute encore plus musclée, deux HomePod peuvent être synchronisés, à la manière d’une chaîne hi-fi.

Lorsqu’il s’agira d’adresser des requêtes vocales à l’assistant, pas moins de six microphones capteront la voix. De quoi, selon l’exemple donné par Apple, nous permettre de demander à Siri "qui chante ce morceau" alors que celui-ci est en train d’être joué. Et si diffuser de la musique est bien le rôle principal de ce produit, il n’en restera pas moins capable, à la manière de ses concurrents, de nous indiquer le temps qu’il fait dehors, d’enclencher des podcasts ou encore de nous donner l’actualité. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.