Le site Numerama dénonce l’irresponsabilité de l’émission Quotidien, qui a fait venir mercredi soir sur son plateau les militants de l’association Halte à l’Obsolescence Programmée sans prendre la peine de nuancer leurs propos alarmistes.

Mise à jour du 11/01 à 17:28 : Contactée par RTL.fr, l'association Hop considère qu'il s'agissait, au sujet de ses propos sur la non-mise à jour des versions d'iOS, d'un "conseil de bon sens" lancé "sur le vif". Elle affirme également de "ne pas avoir eu le temps de développer son propos". "Apple pourrait très bien éviter cette situation en proposant un correctif pour iOS 10 et pas seulement pour iOS 11.2", a-t-elle justifié.

Sans aucune demi-mesure, Samuel Sauvage et Laetitia Vasseur, fondateurs du mouvement militant HOP, pour Halte à l’obsolescence programmée, ont été présentés comme "ces Français qui veulent faire tomber Apple". Après tout, depuis "l’affaire des iPhone ralentis", qui plonge la firme de Cupertino dans la tourmente depuis la fin du mois de décembre, on pourrait presque croire que "faire tomber Apple" est bien leur objectif, tels Minus et Cortex, tant leurs accusations manquent de cohérence. Mais comme nous ne sommes pas franchement adeptes des théories du complot, on se passera de spéculer sur leurs ambitions. Et on conviendra que leur vocation – protéger le consommateur – est tout à fait louable.

Cette absence de transparence est, au pire, de la malhonnêteté, au mieux, une catastrophique méthode de communication

VOIR AUSSI : Apple admet que les iPhone sont volontairement ralentis quand ils vieillissent (mais c’est un peu plus compliqué que ça)

Que l’on soit bien clair : nous ne sommes ni "pro-Apple", ni "anti-Android", ni quoi que ce que ce soit d’autre. Et parce qu’il est peut-être nécessaire de le rappeler au vu des commentaires que nous pouvons lire régulièrement sur nos réseaux sociaux, nous n’avons jamais été payés par Apple pour écrire sur un produit en particulier ou faire ses louanges d’une manière plus générale. Mais il nous semble capital de nous ranger aux côtés de nos confrères et consoeurs de Numerama pour tenter de faire comprendre au plus grand nombre que les "conseils" prodigués au sein de cette émission de télévision ultra-populaire, regardée chaque soir sur TMC par plus d'un million de téléspectateurs, sont plus qu’hasardeux, voire carrément dangereux.

Reprenons depuis le début. Yann Barthès a donc jugé bon d’inviter ces deux militants sur son plateau pour aborder le sujet conso du moment : "Apple nous manipule en bridant les performances de nos vieux iPhone, histoire de nous en faire acheter des neufs." Bien sûr, cette affirmation est un raccourci total. Nous vous expliquions récemment que ce dont Apple est coupable, tout au plus, est de ne nous avoir jamais prévenus que ses iPhone étaient volontairement ralentis dès lors que leur batteries commençaient à accuser le coup. Le but d'un tel procédé : nous éviter de voir notre appareil s’éteindre alors que son niveau de charge affichait encore 50 %, une anomalie que beaucoup d’utilisateurs ont déjà pu rencontrer. Cette absence de transparence est, au pire, de la malhonnêteté si propre aux industriels, au mieux, une catastrophique méthode de communication. Mais certainement pas une manœuvre d’obsolescence programmée.

Mais Samuel Sauvage et Laetitia Vasseur, par la voix de leur association Hop, ont bien porté plainte contre Apple pour un tel délit. "On a porté plainte contre Apple car nous avons l’impression qu’ils ralentissent les téléphones pour nous en faire acheter des nouveaux." L’impression ? Numerama souligne déjà leur manque d’arguments solides ("Tant que nous sommes dans l’impression, tout est possible et la Terre est plate.") Et Hop de poursuivre : "Les batteries des iPhone sont inamovibles (…) On ne peut pas les changer." TUT. Faux. Apple promet d’ailleurs de les changer sur tous les iPhone concernés pour 29 euros. C’est peut-être d’ailleurs ce qui a pu motiver son silence sur ses pratiques : pour garder un iPhone durant de longues années, il suffit finalement de faire changer sa batterie tous les deux ans – quand on commence à la sentir faiblarde, en somme.

Mais le pire était à venir : pour conclure l’entretien, Yann Barthès pose naïvement une dernière question, la fameuse, la pratico-pratique : mais alors, "est-ce qu’il faut mettre à jour les iPhone ?" Réponse : "On ne vous le conseille pas trop." TUUUUUUUT. Pardon ? En 2018, à l’heure où deux failles majeures – Meltdown et Spectre – menacent la sécurité de nos données personnelles, on nous conseille en toute décontraction, à une heure de grande audience, de ne pas faire nos mises à jour ? Les malheureux.

Il aurait tout de même été fort utile que Quotidien prenne la peine de contrebalancer la parole militante avec celle d’un expert, surtout quand il s’agit d’un sujet aussi complexe et technique. Un mauvais traitement de celui-ci dans les médias, en revanche, aura à force des conséquences aussi simples que dramatiques.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.