Virgin Hyperloop One, qui essaie depuis 2014 de créer le moyen de transport terrestre du futur, a réalisé de nouveaux essais portant la vitesse record de l'engin à 397 km/h.

Une petite vidéo en direct du futur pour finir l’année ? Allez, c’est cadeau. Vendredi 15 décembre, la société Virgin Hyperloop One a réalisé une troisième démonstration de son train hypersonique dans le désert d’Arizona.

VOIR AUSSI : Le fondateur de Virgin investit dans l’Hyperloop et fait la nique à Elon Musk

Pour la première fois, la capsule à l’intérieur du double tube surélevé, propulsée grâce à un dispositif de sustension magnétique, a atteint les 397 kilomètres à l’heure sur une piste de 500 mètres de long. C’est une amélioration significative des capacités de l’Hyperloop One, dont le précédent record, enregistré au moins d’août, était de 308 km/h. Voici la vidéo réalisée durant cet essai.

Virgin Hyperloop One

À l’intérieur de l’engin, on trouvait le tube d’essai DevLoop noir et bleu et la même capsule XP-1 de 8 mètres sur 2,7 mètres de haut. D’un point de vue technologique, ce qui a changé vis-à-vis des précédents tests – et qui apporte une amélioration de taille à l’Hyperloop One – c’est l’inauguration d’un sas permettant de gérer le passage entre les conditions atmosphériques ambiantes et le vide du tunnel. Concrètement, cela permet à l’Hyperloop One d’atteindre une pression très, très basse, semblable à celle qu'on peut rencontre à 60 000 mètres au-dessus de la mer, et ainsi de prendre énormément de vitesse.

Mais nous sommes encore très loin des 1 200 kilomètres à l’heure qu’ambitionne d’atteindre ce nouveau moyen de transport L’entreprise considère qu’il faudrait une piste d’essai d’environ 2 000 mètres pour réussir à obtenir cette vitesse. Pour le moment, l’Hyperloop One de Virgin n’atteint donc pas encore la vitesse du Maglev, le train à sustension magnétique japonais, dont le record de vitesse durant les essais était de 600 kilomètres à l’heure. On se rapproche en revanche des 320 km/h du Shinkansen, le TGV du Japon.

hyperloop3.jpg
Virgin Hyperloop One

Rappelons qu’au mois d’octobre, Richard Branson, fondateur et propriétaire du groupe Virgin, est devenu l’actionnaire majoritaire d’Hyperloop One. Durant cette phase de test, l’entreprise en a donc profité pour officialiser sa nomination au poste de président de la start-up, qu’on doit donc désormais nommer Virgin Hyperloop One. Une levée de fonds de 50 millions de dollars vient également d’être réalisée, portant le total des sommes englouties à 295 millions de dollars depuis la création de la start-up en 2014.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.