CARMEL, une intelligence artificielle spécialiste de la cryptographie, va tenter de résoudre le mystère du tueur du Zodiaque en trouvant la signification de son dernier message codé.

Le tueur du Zodiaque est sans aucun doute l’un des serial killers les plus connus du XXe siècle. Durant la fin des années 1960, il a assassiné au moins cinq femmes et a revendiqué plus de 37 meurtres dans des lettres et des messages cryptiques envoyés à la presse et à la police. Malgré des décennies d’enquête, beaucoup de suspects et de fausses pistes, on ne connaît toujours pas son l’identité.

VOIR AUSSI : Comment l'intelligence artificielle métamorphose déjà l’enseignement supérieur

Pour beaucoup, la clé de cette enquête policière, qui a inspiré plusieurs films et œuvres de fictions, ce sont précisément ces messages cryptés. Le tueur utilisait plusieurs symboles pour signer ses méfaits, comme la croix celtique, mais il a surtout envoyé quatre lettres postales écrites avec un alphabet inventé par lui-même.

Le cryptogramme Z340 est le plus connu du Zodiac, parce qu’il est le plus impénétrable de ces messages. Envoyé au San Francisco Chronicle en novembre 1969, ce message codé de 340 caractères est considéré comme une sorte de Saint Graal pour les cryptographes. Alors, pourquoi ne pas lancer une intelligence artificielle à la poursuite du tueur du Zodiaque ?

HISTORY

CARMEL, l’IA qui brise les codes pour en faire de la poésie

L’algorithme de l’intelligence artificielle a été créé par Kevin Knight, un professeur de l’université de Californie du Sud au sein de l’Information Sciences Institute. Expert en traitement automatique du langage naturel – l’application de programmes et techniques informatiques aux aspects du langage humain –, Kevin Knight a déjà prouvé sa capacité à briser les codes les plus insolvables de l’histoire.

Au cœur de ses mots codés, Kevin Knight et CARMEL ont finalement exhumé les rituels et croyance d’une ancienne société secrète allemande.

Ou plutôt, il a prouvé sa capacité à apprendre à CARMEL à briser les codes. En avril 2011, l’IA a décodé le code du Copiale, un manuscrit chiffré de 75 000 caractères qui date du milieu du XVIIIe siècle. Au cœur de ses mots codés, Kevin Knight et CARMEL ont finalement exhumé les rituels et croyance d’une ancienne société secrète allemande.

En partenariat avec la chaîne History Channel, CARMEL s’attaque donc désormais au Z340 du tueur du Zodiaque. Les résultats se font attendre et Mashable FR a essayé à plusieurs reprises de contacter Kevin Knight pour en apprendre plus, mais il ne nous a pas encore répondu. Pour le moment, l’IA ne peut se mettre dans la tête du tueur que grâce à la poésie. La machine produit des poèmes sur demande. La chaîne d’histoire américaine en a publié quelques-uns, sous forme audio, inspirés de la nouvelle relation de l’IA avec le Zodiac.

Les meurtres non élucidés, un problème de taille

Comme le relève justement The Next Web, même si CARMEL arrivait à résoudre ce cas historique, cela ne résoudrait pas (encore) la problématique des meurtres non élucidés aux États-Unis.

Le FBI estime qu’il y a 150 victimes de serial killers chaque année aux États-Unis, selon des chiffres obtenus par Scientific American en 2014. Il y aurait donc "entre 25 et 50 serial killers opérant aux États-Unis à n’importe quel moment", écrivent-ils. S’il y en a 50, cela rapporte à trois le nombre annuel de victimes de chaque serial killer. Un nombre important, mais qui pourrait être plus élevé encore.

Une association américaine, la Murder Accountability Project (MAP), s’est mise en tête d’obtenir des chiffres plus précis sur les serial killers. Le premier but de la MAP est d’aider à recenser les corps non reconnus, les "John Doe" américains. Il y en a plus 5 000 nouveau dans le pays chaque année. C’est un véritable problème qui avait notamment été mis en lumière par le très fameux podcast "Serial" et, dans une moindre mesure, l'enquête "Left for Dead" du site Reveal.

Mais rapidement, le MAP a dépassé cette première attribution pour essayer de résoudre certains cold cases, parfois liés à des serial killers. Ils utilisent les données de plus de 600 000 homicides, qui sont triées et disponibles gratuitement sur leur site, pour essayer de trouver des schémas entre les meurtres. C'est la plus importante base de données de ce type du pays. Un algorithme s’occupe également de trier ces infos pour extraire les configurations qui se ressemblent le plus. Le côté open source de l'initiative pourrait rappeler le Web sleuthing, mais l'association est dirigée et encadrée par des professionnels (policiers, détectives, journalistes d'enquête...).

Au final, si CARMEL finit par résoudre la mystérieuse histoire du tueur du Zodiaque, le mieux serait qu'elle reste en jambes et enchaîne tout de suite avec les données des corps non réclamés ou non identifiés. Histoire de faire d'une pierre deux coups, un peu comme le Zodiac quand il tuait deux personnes en même temps...

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.