La Bourse de Chicago a inauguré le premier marché à terme sur le bitcoin. Une reconnaissance du monde de la finance mais qui demeure incomplète. Il n'est en effet pas possible d'échanger des bitcoins directement contre des dollars.

C'est la Bourse de Chicago qui a fait le premier pas. Après une année 2017 folle pour le bitcoin – dont la valeur a été multipliée par 16 en un an –, la Chicago Board Option Exchange (CBOE) a inauguré le premier marché à terme pour la célèbre monnaie dématérialisée, dimanche 10 décembre, un peu avant 21 h.

VOIR AUSSI : Les néonazis américains se font un fric monstrueux grâce au bitcoin

En trois heures, un peu plus de 1 000 transactions ont été effectuées sur cette place boursière d'un nouveau genre. Résultat des courses : les investisseurs estiment que le bitcoin vaudra 18 220 dollars début 2018 (contre 16 000 dollars le 11 décembre), d'après les données fournies par la CBOE.

Mais la reconnaissance n'en est pas encore là : la Bourse de Chicago ne va pas jusqu'à permettre d'échanger des bitcoins directement contre des dollars. Il ne s'agit donc pas d'un marché de change en bonne et due forme.

Un club très select

Les investisseurs s'échangent des contrats en dollars indexés sur la valeur de la monnaie dématérialisée à une échéance donnée (dans une semaine, un mois). C'est une sorte de pari sur l'avenir : l'acheteur paie au vendeur le prix (en dollars) de ce qu'il estime être la valeur du bitcoin à l'échéance. Si le cours est finalement supérieur, il fait un bénéfice, alors qu'il perd de l'argent si l'évolution du bitcoin est inférieure au prix fixé.

Les particuliers n'ont pas accès à cette place de marché

La décision de la Bourse de Chicago illustre aussi le début d'une professionnalisation des transactions autour de cette monnaie, huit ans après sa création. Les particuliers n'ont, en effet, pas accès à cette place de marché. Seules les banques comme JP Morgan, Citigroup ou encore Goldman Sachs peuvent miser sur ces contrats à terme.

Si le club est aussi select, c'est parce que ces spéculations sont risquées. La Commodities and Futures Trading Commission (CFTC, agence de régulation des bourses de commerce) a mis en garde, début décembre, contre la forte volatilité du bitcoin, c'est-à-dire sa tendance à faire du yo-yo.

La Bourse de Chicago a d'ailleurs mis en place des garde-fous pour éviter les dérapages : les variations de cours qui dépassent 10 % entraînent une suspension temporaire des cotations. Un mécanisme qui a été appliqué deux fois dès la première séance de transaction.

– Cet article a initialement été publié sur le site de France 24.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.