Une entreprise vietnamienne propose à la vente des masques en 3D, qui, selon elle, pourraient berner la nouvelle fonctionnalité de l'iPhone X. Problème : ils semblent d'une extrême complexité, et on n'en a surtout pas vraiment vu la couleur.

Quelques jours après sa sortie, l'iPhone X est déjà la cible de petits malins qui tentent de profiter des failles des nouvelles technologies mises au point par Apple. Chez Mashable par exemple, on s'était amusés il y a une dizaine de jours à défier Face ID, le système de reconnaissance faciale qui équipe ce nouvel iPhone, avec quatre frères jumeaux. On avait alors découvert que le système d'Apple ne parvenait pas encore à différencier un frère de l'autre.

VOIR AUSSI : Face ID a bugué pendant la keynote d'Apple mais doit-on remettre en question la technologie ?

Des photos en 2D et du maquillage sont nécessaires à la réalisation du masque

Cette fois, c'est avec un masque que l'entreprise vietnamienne Bkav, spécialisée dans la cybersécurité, assure pouvoir contourner le système de reconnaissance faciale du téléphone. D'après ses dires, la firme aurait trouvé la recette pour créer des masques 3D capables de déverrouiller des iPhone X à la place de leurs propriétaires. Chaque unité est aujourd'hui en vente pour 150 dollars.

Un procédé flou et complexe

Cependant, le procédé de fabrication est loin d'être simple : dans sa vidéo de démonstration – assez peu parlante, et donc à prendre avec des pincettes –, Bkav précise "qu'une photo de la moitié du visage du propriétaire de l'iPhone X" est nécessaire à la réalisation du masque en 3D, lui-même agrémenté de photos en 2D et de maquillage. Comme l'explique ainsi l'entreprise, "l'utilisateur lambda n'est pas une cible potentielle." Seraient plutôt concernés par ce contournement "les milliardaires, les chefs de grandes entreprises, les chefs de gouvernements et des agents comme ceux du FBI".

Par ailleurs, Bkav, qui ne donne explication concrète quant à la façon dont le stratagème fonctionne, a des intérêts à remettre en question la fiabilité des outils de sécurité d'Apple : elle fabrique elle-même des smartphones protégés par des technologies biométriques. En partant du principe que cette méthode fonctionne donc vraiment, il faut que quelqu'un ait vraiment de très bonnes raisons de vouloir accéder au contenu d'un iPhone X en particulier pour user de cette faiblesse.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.