Le site de conseils touristiques américain a créé un badge mettant en garde les internautes contre les établissements jugés à risque.

TripAdvisor, géant du tourisme international, avertit désormais ses utilisateurs des "risques d'agressions sexuelles, de problèmes sanitaires ou de discriminations" de certains établissements qu'il met en avant sur son site, a rapporté jeudi le New York Times.   

VOIR AUSSI : Airbnb dévoile son plan de lutte contre les discriminations

Cet avertissement se matérialise sous la forme d'un "badge de prévention" apposé sur les annonces d'hôtels signalés par d'anciens visiteurs. Ce badge est en réalité un texte encadré en rouge, qui reste trois mois sur la page de l'établissement après un signalement, et peut être prolongé si le lieu fait l'objet de nouvelles plaintes. TripAdvisor précise que le but de ce message est d'être "informatif et non punitif"

capture.jpg
Capture d'écran de l'annonce "Iberostar Paraiso Maya".

Cette mesure intervient quelques jours après que le Journal Sentinel a révélé que TripAdvisor avait supprimé plusieurs commentaires de femmes dénonçant des agressions sexuelles subies dans certains hôtels. Kristie Love, une utilisatrice du site qui s'est confié au média américain, avait signalé via un commentaire en 2010 avoir été violée par un vigile de l'hotêl Paraiso Maya, au Mexique. Le commentaire avait été supprimé par TripAdvisor, comme d'autres cas similaires.

Dans ses excuses publiques, le site justifie la suppression du commentaire en expliquant qu'il contenait le terme "viol", un propos explicite interdit alors. 

En plus de générer un véritable problème de confiance entre les utilisateurs et TripAdvisor, ce cas n'est apparemment pas isolé, puisque de nombreuses femmes ont apporté par la suite le même genre de témoignage.

La réaction de TripAdvisor et la mise en place de ces badges sonnent donc comme une volonté de rédemption, mais cela reste tout de même assez vague en terme de prévention. Le message en rouge évoque des "établissements qui ne reflètent peut-être pas le contenu des avis trouvés sur cette page", ce qui est une mise en garde assez légère pour d'éventuels faits très graves d'agressions sexuelles ou de discriminations.

En 2016, le site AirBnB tentait lui aussi de combattre les discriminations, en sanctionnant les voyageurs fautifs par une suspension ou suppression de leur compte. Une politique difficilement applicable, souvent par manque de preuves directes pour les sites.

Retrouvez aussi l'article de Yvette Tan sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire