Une première en France, nous apprend le média Novethic. 1 000 euros par mois vont être versés pendant un an à une personne tirée au sort.

Pour sensibiliser le grand public à la question du revenu de base, une expérimentation inédite va être menée en France à partir du 2 novembre.

VOIR AUSSI : Revenu de base: "Payés à ne rien faire?" Pas vraiment

Inspirée d'une initiative allemande lancée par l'association Mein GrundEinkommen, l'idée menée par Julien Bayou, conseiller régional en Ile-de-France et porte-parole d’Europe-Ecologie Les Verts, est de permettre à une personne tirée au sort, sans distinction d’âge, de sexe, de ressources ou de nationalité, de recevoir 1 000 euros par mois. Une loterie est organisée dès qu'une cagnotte de 12 000 euros (l'équivalent d'un an de revenu de base) est remplie grâce au financement participatif.

"Personne n'est devenu fainéant"

Outre-Rhin, ce principe avait été imaginé par un certain Michel Bohmeyer, qui s'est retrouvé avec 1 000 euros par mois après avoir revendu une start-up. "Ça a totalement changé ma vie. Je me suis mis à vivre de manière plus saine, à mieux dormir, je suis devenu un meilleur père. Je suis devenu plus créatif, plus courageux. Je me suis mis à développer des qualités que je ne connaissais pas chez moi. La peur de manquer d’argent avait soudain disparu, je me sentais libre et décontracté", raconte-t-il à Novethic, le "média expert de l'économie responsable".

En s'apercevant des bienfaits de cette rémunération régulière et de cette liberté de disposer de son temps, le trentenaire berlinois se renseigne sur le revenu de base. "Grâce à un généreux don d’un homme d’affaires allemand, fervent défenseur du revenu de base, la première somme est réunie en trois semaines. Puis, en moins de trois mois, 50 000 euros sont collectés pour financer les premiers revenus", explique Novethic qui note également qu'en trois ans, "près de 75 000 personnes ont donné 1,5 million d’euros pour expérimenter 119 revenus de base".

Pour son expérimentation, Julien Bayou s'est entouré d'une chercheuse qui rencontrera les personnes tirées au sort et les personnes qui s'inscrivent lors d'entretiens individuels. L'objectif est de recueillir des conclusions sur l'effet d'une telle allocation dans la vie des gens qui en bénéficient. En tout cas, "personne n'est devenu fainéant", a commenté Denise Greslard-Nedelec, vice-présidente de la Gironde, un département pilote très favorable au revenu de base.

–  Pour faire partie des premiers soutiens et donner 10 euros (ou 12.000 euros ou une somme entre les deux) : rendez-vous sur ce lien https://donorbox.org/financons-le-premier-revenu-de-base ; ou par chèque à l'ordre de l'association "Mon Revenu de Base": Mon revenu de base, 100 quai de Jemmapes, 75010 Paris

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.