Et si l’avenir de l’aménagement de nos villes passait par la 3D ?

On s’émerveille régulièrement devant l’impression en 3D d’organes artificiels pour entraîner les chirurgiens ou de faux œufs de tortues marines pour traquer des braconniers. Mais cette fois, l’impression est d’une toute autre ampleur.

VOIR AUSSI : En Pologne, on peut rouler sur une piste cyclable fluorescente

Des chercheurs de l’université technique d’Eindhoven aux Pays-Bas ont réussi à imprimer en 3D un pont en béton long de huit mètres sur lequel roulent désormais des cyclistes pour traverser un fossé d’irrigation.

Les 800 couches de béton, coulées en alvéoles par l’imprimante 3D, abritent chacune un fil en acier qui assure la stabilité de la structure. Les chercheurs assurent que leur construction pourrait ainsi supporter le poids de 40 camions.

"L’un des avantages de l’impression d’un pont c’est que beaucoup moins de béton est nécessaire par rapport à la technique conventionnelle qui remplit un moule. L’imprimante ne dépose que le béton là où il y en a besoin", explique le site de l’université. En tout il aura fallu trois mois aux chercheurs pour produire et installer ce pont dans la ville de Gemert.

nozzle7_copy-621-15065096351702256218.jpg
BAM Infra

Forte de sa réussite, l’équipe de l’université d’Eindhoven a maintenant un nouvel objectif : imprimer en 3D cinq maisons totalement habitables.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.