Touché il y a deux semaines par l'ouragan Maria, le territoire américain de Porto Rico peine a rétablir les communications téléphoniques. Google a obtenu l'autorisation de déployer ses ballons gonflés à l'hélium.

La FCC, autorité américaine de régulation des télécommunications, a donné vendredi à Google l'autorisation de déployer les montgolfières de son Projet Loon au-dessus de Porto Rico.

VOIR AUSSI : Projet Loon : une intelligence artificielle pilote désormais les ballons Internet de Google

Ces ballons gonflés à l'hélium ont déjà été en mesure de fournir une couverture Internet au Pérou après des inondations. Mais Google s'était alors associé à opérateur local, dont il dépendait pour transmettre le signal aux ballons, pour faciliter les secours.

À Porto Rico, le laboratoire d'innovation de Google, X, part de zéro. On ne sait pas si les entreprises de télécommunications portoricaines sont en mesure de s'associer à Google pour mener la mission à bien. Mais cela vaut la peine d'essayer : les 3,5 millions de personnes que compte Port Rico, dont les infrastructures ont été démolies par l'ouragan Maria il y a deux semaines, en ont vraiment besoin pour communiquer avec leurs proches. Moins de 25 % des antennes de téléphonie mobile de l'île ont pu être remises en fonction, et l'électricité n'a été restaurée que sur un peu plus de 10 % du territoire, selon un site Internet du gouvernement porticain. 

Les ballons, situés à environ 18 kilomètres d'altitude, reçoivent un signal envoyé depuis le sol et le rediffusent directement vers les téléphones des populations. Au Pérou, Google avait déclaré qu'environ 160 Go de données avaient été envoyés sur une zone de la taille de la Suède, ce qui était "suffisant pour envoyer et recevoir environ 30 millions de messages WhatsApp, ou 2 millions d'e-mail".

Google n'est pas la seule entreprise américaine à avoir proposé d'intervenir à Porto Rico. Elon Musk et Tesla veulent reconstruire le réseau électrique de l'île, sans que l'on sache pour l'instant s'ils en ont les épaules.

– Adapté par Steven Jambot. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.