Le "tuyau Internet" le plus puissant jamais conçu a été inauguré vendredi par Facebook, Microsoft et la firme de télécoms Telxius. Passant sous l'Atlantique, il est capable de faire transiter des données à une vitesse de 160 térabits par seconde.

En 2013, environ 99 % du trafic de données et des communications téléphoniques s’opéraient sous les océans, d’après le vice-président du centre de recherche Telegeography. Ce n’est pas avec l’inauguration par Facebook, Microsoft et l’opérateur télécom espagnol Telxius du câble sous-marin le plus performant jamais mis en service que les choses vont changer.

VOIR AUSSI : Facebook et Microsoft s'associent pour construire un câble Internet haut débit entre les États-Unis et l'Europe

Surnommé Marea – marée en espagnol –, celui-ci s’étend sur près de 6 600 kilomètres – entre Virginia Beach, dans l’État de Virginie, et Bilbao, en Espagne –, à plus de 5 000 mètres de profondeur. Marea est capable de transmettre 160 térabits de données par seconde, du jamais vu jusqu’à présent. "L’équivalent de 71 millions de vidéos HD lues en streaming au même moment", compare Microsoft dans un post de blog. "Et de 16 millions de fois notre connexion à la maison."

"La quantité de données qui transite à travers l'Atlantique en permanence va encore s'accentuer"

Si Marea, achevé en moins de deux ans – là encore, un record –, s’étend sur une route de câbles déjà existante, "il arrive à un moment critique", assure Microsoft. "Les câbles sous-marins atlantiques transportent déjà 55 % de données de plus que les câbles transpacifiques, et 40 % de données supplémentaires par rapport aux câbles reliant l'Amérique du Nord à l'Amérique du Sud (…) La quantité de données qui transite à travers l'Atlantique en permanence va encore s'accentuer dans les années à venir", prédit Brad Smith, le président de Microsoft.

Huit paires de câble à fibre optique gainés de cuivre "open design" (comprendre flexibles au fur et à mesure des progrès technologiques), dont certaines parties sont enterrées pour ne pas entraver le trafic maritime, relient ainsi les deux continents et composent Marea. Bien que dévoilé officiellement vendredi 22 septembre, depuis Williamsburg, en Virginie, il ne devrait toutefois être opérationnel qu’au début de l’année 2018.

microsoft_infog.jpg
Infographie Microsoft/Telxius/Facebook

Une entreprise nécessaire

Alors que la construction et la gestion de type d’infrastructure était auparavant l’apanage des seules entreprises de télécommunication, les géants de la technologie se mettent depuis quelques années à investir largement dans le secteur. Google a notamment été un acteur majeur de la mise en service, en 2016, d’un câble sous-marin reliant le Japon et les États-Unis. Des investissements hautement stratégiques pour les firmes les plus puissantes des États-Unis, à l’heure où leurs services sont utilisés par des milliards d’utilisateurs dans le monde et où la quantité de données échangées par jour ne cesse de croître.

Aujourd’hui, plus de 250 câbles sous-marins sillonnent les fonds du globe. Au centre de réseau tentaculaire, le Royaume-Uni, devenu progressivement la plaque tournante des télécommunications mondiales. Le pays est relié à près d'un quart des câbles sous-marins en service dans le monde, pour sa position géographique. 

photo-2-installation-ship-59c423dba6ab2-1000x667.jpg
Une photographie prise lors de l'installation de Marea.
RUN Studio

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.