L'entreprise veut développer un réseau de plus de mille satellites capables de fournir un accès à un Internet haut-débit dans les zones les plus reculées de la planète.

L’entreprise astronautique SpaceX a déposé les demandes nécessaires à l’obtention d’un nouveau nom de marque pour son projet de réseau satellitaire international. "Starlink" devrait ainsi devenir la branche de SpaceX consacrée à l’établissement d’un réseau Internet global, haut-débis et à bas coût.  

VOIR AUSSI : SpaceX va envoyer dans l'espace le premier satellite artistique de l'humanité

Les demandes ont été réalisées auprès de l’US Patent and Trademark Office (UPSTO), l’instance chargée d’émettre des brevets et des marques déposées aux États-Unis. Selon Ars Technica, Starlink se décrit comme un "service de connexion sans fil", un "fournisseur d’accès à l’Internet haut-débit" et plusieurs autres qualifications du même acabit liées au projet de réseau satellitaire.

Un déploiement massif pour un réseau ambitieux

L'initiative en question a été déclenchée en novembre dernier par Elon Musk et SpaceX, lorsqu’ils ont demandé les autorisations nécessaires à l’US Federal Communications Commission (FCC) pour envoyer leurs propres satellites de communication dans l’espace.

À cette altitude, Elon Musk promet des débits équivalents à ceux que peut offrir la fibre optique terrestre

Concrètement, SpaceX souhaiterait envoyer, à partir de 2019 et jusqu’en 2024, 4 425 satellites opérationnels en orbite terrestre basse – avec une altitude allant de 1150 kilomètres à 1325 kilomètres. En guise de comparaison, le réseau HughesNet, pionnier de l’Internet satellitaire présent dans 11 pays, positionne ses satellites à environ 35 000 kilomètres d’altitude.

Pourquoi installer autant de ces engins si près de la Terre ? Pour augmenter drastiquement la vitesse du réseau. Les systèmes satellites par Internet souffrent actuellement d’une grande latence à cause de cet éloignement. À cette altitude, Elon Musk promet des débits équivalents à ceux que peut offrir la fibre optique terrestre.

Enfin, en terme de quantité, les satellites évolueront sur 83 plans orbitaux différents, ce qui permettra de cibler précisément les zones choisies. Pour Starlink, le but sera ainsi de créer un réseau Internet massif et à bas coût dans les zones les plus reculées ou pauvres de la planète.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.