Moment gênant pour Apple : pendant sa keynote du 12 septembre, Face ID, la nouvelle fonctionnalité de reconnaissance faciale de l'iPhone X, a bugué devant toute l'assemblée.

Alors que Craig Federighi, l'un des hauts responsables de la firme, devait faire la démonstration de ce nouvel outil, quelque chose s'est passé de travers. Plutôt que de se déverrouiller automatiquement en scannant le visage du présentateur, l'iPhone X flambant neuf a directement demandé le code secret à six chiffres.

VOIR AUSSI : Mais pourquoi l'iPhone X coûte-t-il un smic ?

Craig Federighi a rapidement changé d'appareil et la conférence a repris son cours. Mais l'épisode a intrigué quelques personnes, qui se sont inquiétées de la qualité de la fonctionnalité et de la confiance qu'on pouvait lui accorder.

Un bug logique de l'iPhone X

Apple a finalement expliqué ce qui s'était passé, dans une déclaration à Yahoo Finance. "Des gens manipulaient l'appareil avant la démonstration sans se rendre compte que Face ID essayait d'authentifier leur visage", comprend-on. "Après plusieurs essais infructueux, car il était paramétré pour Craig, l'iPhone a fait ce qu'il doit faire dans cette situation : se verrouiller et demander le code secret."

La projection de l'écran lors de la conférence confirme la version d'Apple, qu'on trouve plausible. Et vu que le Touch ID disparaît au profit de ce nouveau déverrouillage par reconnaissance faciale, il est bon de savoir que la fonctionnalité ne comporte a priori pas de bug majeur dès le départ. Et on a au moins l'assurance que nos potes ne pourront pas débloquer notre téléphone dans notre dos pour nous jouer de mauvais tours.

Par contre, ce petit contretemps de mardi cristallise à la perfection de nombreuses inquiétudes plus profondes exprimées par rapport à Face ID, notamment par rapport à la sécurité des données et au respect de la vie privée des utilisateurs

Reconnaissance faciale en roue libre

Phill Schiller, le responsable marketing d'Apple, a déclaré qu'il n'y avait qu'une chance sur un million que quelqu'un d'autre puisse désactiver votre iPhone. On ignore d'où le responsable tire son chiffre – il ne l'a pas précisé – mais le risque est donc bien réel, quoique statistiquement faible. Sans compter que la reconnaissance faciale est loin d'être la méthode de verrouillage la plus sûre au monde.

"La technologie de reconnaissance faciale est moins pertinente que celle d'identification par empreinte digitale, point"

Comme pour le scanner d'iris des nouveaux smartphones de Samsung, la reconnaissance faciale d'Apple peut être embobinée. Une photo de bonne qualité placée devant la caméra peut parfois suffire à tromper une telle technologie. "Les experts s'accordent à le dire : la technologie de reconnaissance faciale est moins pertinente que celle d'identification par empreinte digitale, point", affirme Jonathan Frankle, doctorant et membre de l'Internet Policy Research Initiative, à Mashable.

L'autre problématique posée par Face ID, c'est le fait que la technologie sera constamment active, 24 heures sur 24. Cela signifie que l'iPhone scannera automatiquement tous les visages qui passeront devant sa caméra – comme c'est arrivé pendant la conférence Apple de mardi. Et, évidemment, conservera ces informations.

"Une fois qu'un outil constamment actif rassemble des informations, cela veut dire qu'elles sont disponibles à différents types de personnes, contrairement aux intentions de l'utilisateur", avertit Adam Schwartz, avocat pour l'Electronic Frontier Foundation. Apple y aurait accès bien sûr, mais aussi d'éventuels clients de la firme ou des hackers assez habiles pour les voler.

En fait, on ignore tout des dessous de Face ID. Où sera stocké notre visage, avec quelle protection, quelles assurances en terme de droit et de vie privée ? Avant même les risques de piratage, les utilisateurs s'inquiètent des usages que la firme elle-même pourrait avoir avec ces informations. "Bien sûr que les gens doivent être inquiets", affirme Adam Schwartz. "Qu'est-ce que l'entreprise a prévu de faire avec notre visage ?"

– Retrouvez l'article de Stan Schroeder sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.