Allez se chercher un MacDo ou faire ses adieux à un proche décédé, ça peut être un peu la même chose. Enfin, sur la forme.

Pour la première fois au Japon, une entreprise funéraire située dans la préfecture de Nanago, au centre du pays, va proposer de faire ses adieux aux défunts sans sortir de sa voiture. C’est, en somme, un service de salon funéraire façon drive.

VOIR AUSSI : Le studio Ghibli va construire un parc d’attractions inspiré du monde de "Mon voisin Totoro" au Japon

Le groupe Kankon Sousai Aichai, basé à Ueda, à l’origine du projet, entend proposer ce service un chouïa particulier dès le mois de décembre prochain. Comme dans les fast-foods, les participants aux funérailles feront la queue avant d’atteindre le niveau d’une fenêtre où ils pourront signer un petit livre de condoléances et donner, s’ils le souhaitent, de l’argent à la famille. Ils pourront aussi rendre hommage au défunt en utilisant un appareil électronique permettant de brûler de l’encens.

Encore, toujours plus vite

Depuis l’intérieur du bâtiment, juste derrière cette fameuse fenêtre, la personne chargée de l’organisation et le reste de la famille pourront superviser les déplacements des visiteurs à travers cet étrange drive. On ne sait pas s'ils pourront voir le cercueil du défunt directement.

Masao Ogiwara, qui dirige l’entreprise, a expliqué au Japan Times que ce nouveau service était principalement destiné aux personnes avec des problèmes de mobilité. "Dans l’ensemble, on réduira le temps de présence aux funérailles d’un quart ou d’un tiers", explique-t-il. Le but est aussi de permettre aux personnes qui travaillent le jour des funérailles de pouvoir faire le déplacement rapidement.

Aux États-Unis, le service existe déjà depuis un moment et dans plusieurs endroits. À Memphis (Tennessee), en Californie, ou à Saginaw, dans le Michigan. L’agence Associated Press avait d’ailleurs réalisé un reportage vidéo lors de l’ouverture de cette entreprise, apparemment la première du genre, en octobre 2014. C’est l’entreprise Paradise Funeral Chapel – ça ne s’invente pas – qui avait lancé le concept.

Associated Press

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.