Ouvrir à ses clients Airbnb à distance en utilisant des serrures connectées à Internet, c'est pratique. Sauf quand celles-ci décident de ne plus s'ouvrir à cause d'une mise à jour.

L’Internet des objets continue chaque jour de nous impressionner un peu plus. Pour le meilleur et pour le pire. Enfin, surtout pour le pire. Le 7 août, la mise à jour du logiciel utilisé par Lockstate a en effet laissé sur le palier de la porte plusieurs résidents Airbnb en bloquant près de 500 serrures. Oups.

VOIR AUSSI : Objets connectés, l'impossible sécurité? 

Le dernier exemple en date nous vient de Lockstate, une entreprise qui fabrique des serrures autonomes connectées à destination des hôtes d’Aribnb partout dans le monde. Leurs petits appareils permettent d’accéder aux logements loués sans clé et peuvent être contrôlés à distance par Wi-Fi. Et depuis le début du mois, ils servent donc également à nous enfermer à l’extérieur de chez nous sans que vous n’ayons rien demandé.

"Nous sommes désolés de vous apprendre une nouvelle plutôt mauvaise", a écrit le PDG de l’entreprise, Nolan Mondrow, dans un e-mail aux personnes concernées par un dysfonctionnement de leur LS-6i. "Votre serrure fait partie d’un petit lot de serrures ayant connu une erreur qui les rend inopérables. Après une mise à jour logicielle de celle-ci, nous n’avons pas réussi à la reconnecter à notre plateforme sur le Web, la rendant incontrôlable à distance." Et voilà le travail : des gens qui ont dépensé 469 dollars dans une serrure du futur se sont vus obligés de retourner à la bonne vieille clé métallique.

Le blocage devrait à priori durer encore un petit bout de temps : les propriétaires des serrures connectées vont devoir soit remplacer leurs serrures, soit les envoyer en réparation. Sans parler de l'impossibilité pour les personnes concernées de rentrer chez elles entre temps. "Chacune de nos serrures est envoyée avec une clé physique", a expliqué Nolan Mondrow à Mashable US. "Nous avions pensé à un moyen d’accès de secours." Avant d’ajouter : "Nous sommes vraiment désolés pour ceux qui ont été affectés."

Une erreur humaine à l'origine de la panne

L’Internet des objets n’en est pourtant pas à son premier coup bas. En avril dernier, un homme a vu sa porte de garage paralysée après avoir laissé un mauvais commentaire sur le produit en ligne, et les sextoys connectés se sont révélés plus faciles à pirater que prévu.

Dans le cas de Lockstate, il s’agirait d’une erreur humaine et non d’une défaillance de la technologie. "Il faut être conscient qu’il y a des gens qui travaillent avec nos clients et être certains qu’ils soient bien formés", a expliqué le PDG de l’entreprise. En bref, tant que l’Internet des objets sera administré par les humains, il faudra s’attendre à des ratés.

– Adapté par Chloé Rochereuil. Retrouvez la version originale sur Mashable

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.