Accepteriez-vous de monter dans un avion sans pilote, conduit par une intelligence artificielle ? Pour la plupart des sondés d'une étude de la banque UBS, la réponse est non. Mais ça n'empêchera pas les avions autonomes d'exister.

L’industrie de l’aviation pourrait bientôt embrasser l’idée des avions sans pilote – si l’on accepte un jour de monter dans un énorme machin volant sans la voix rassurante du capitaine pour nous calmer au premier signe de turbulences.

VOIR AUSSI : D'horribles turbulences ont fait vivre à des passagers d’un vol American Airlines un cauchemar éveillé

Selon une étude menée par la banque suisse et d’investissement UBS, les avions autonomes pourraient arriver sur le marché dès 2025. En analysant en profondeur l’impact qu’aurait ce changement de paradigme dans l'industrie aéronautique, l’institution bancaire a pu extraire un certain nombre de stats plutôt excitantes sur le sujet.

Maman, j'ai pas voulu monter dans l’avion

D’abord, des avions sans pilote pourraient permettre à l’industrie aéronautique d’économiser pas moins de 35 milliards de dollars chaque année et rendre, a priori, les vols plus sûrs et plus rapides pour les passagers. Seulement, problème : selon l’étude, seuls 17 % des 8 000 voyageurs interrogés seraient prêts à monter dans un avion sans pilote.

La moitié de ces personnes ont d’ailleurs affirmé qu’elles n’achèteraient pas de billets d’avions sans pilote, même si le vol en question était bien moins cher qu’un vol normal. Ce qui serait d’ailleurs totalement envisageable, puisque les prix des billets seraient environ 11 % moins cher sur les vols autonomes aux États-Unis et environ 4 % en Europe, selon UBS.

L’idée d’un avion se conduisant tout seul partage aussi les pays et les générations. Les personnes plus jeunes et plus éduquées, âgées entre 18 et 34 ans, semblent plus ouvertes à l’idée de s’envoyer en l’air sans pilote. Des pays comme la France ou l’Allemagne sont par ailleurs beaucoup moins réceptifs à cette idée, contrairement aux États-Unis.

Mais même dans ces groupes-là, les personnes ne manifestent pas une envie incontrôlable de monter dans un avion sans pilote. Selon les analystes d’UBS, il faut commencer à familiariser le public avec des vols commerciaux sans pilote rapidement. Le constructeur américain Boeing a d’ailleurs annoncé, au moins de juin dernier, la construction d’un type d’avion sans pilote. On verra si l'idée prend de la hauteur.

– Adapté par Benjamin Bruel. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.