Envoyé par mail à tous les employés de l'entreprise, ce texte, présenté comme un "manifeste", critique vivement la politique d'ouverture à la diversité adoptée par Google, et particulièrement celle en faveur des femmes.

En 2017, certaines personnes sont donc encore convaincues que la diversité dans le monde du travail est une chose néfaste pour la productivité et l'emploi. Elles sont même prêtes à le déclarer par écrit à leurs collègues. 

VOIR AUSSI : Google investit 50 millions de dollars pour accompagner ceux que ses robots vont mettre au chômage

Plusieurs employés de Google en effet relayé vendredi 4 août sur les réseaux sociaux des extraits d'un manifeste intitulé "Google’s Ideological Echo Chamber" ("La chambre d'écho idéologique de Google"), rédigé et partagé par mail en interne par un ingénieur logiciel sénior de la firme. Dans son texte, ce dernier affirme que la sous-représentation des femmes dans le domaine des technologies ne résulterait pas d'une forme de discrimination à leur égard mais bien de "différences psychologiques" avec les hommes. Trop empathiques, moins résistantes au stress... Autant de raisons pour expliquer ce qu'il considère comme une conséquence naturelle à leur appartenance au genre féminin.

"Un document interne a circulé au boulot aujourd'hui, décrivant comment les inégalités de genre dans le monde du logiciel sont dûes à des différences biologiques entre hommes et femmes."

Le jour suivant, le site Gizmodo a pu mettre la main sur l'intégralité du texte polémique. 

"'Les femmes aiment les gens, les hommes aiment les objets". Toi... Espèce d'imbécile, qui va utiliser ton logiciel selon toi ? Un rideau ?"

Toujours pour l'auteur, dont l'identité reste pour l'instant confidentielle, les programmes de Google encourageant la diversité ethnique et de genre seraient "discriminants envers les hommes blancs", et son idéologie "gauchiste" dangereuse. Par ailleurs, les employés "aux idées conservatrices" se verraient particulièrement "discriminés".

Le dimanche 6 août, la vice-présidente de la diversité, de l'intégrité et de la gouvernance de l'entreprise, Danielle Brown, a réagi au "manifeste" en faisant parvenir à son tour une note aux employés de la firme de Mountain View. "Notre conviction selon laquelle la diversité et l'inclusion sont primordiales pour le succès de notre entreprise est sans équivoque", écrit-elle. "Pour créer un environnement ouvert et inclusif, il faut notamment entretenir une culture dans laquelle les points de vues alternatifs, même politiques, peuvent s'exprimer. Mais cela doit se faire selon les principes d'égalité de notre code de conduite et selon les lois anti-discrimination."

La plupart des employés de Google ont de leur côté vivement critiqué le "manifeste" et réaffirmé leur soutien à la présence croissante de femmes et d'employés issus des minorités dans le monde des nouvelles technologies, et particulièrement de l'ingénierie informatique, un secteur visé par le texte à charge.

"Cette ordure de document est un déchet et vous êtes des collègues incroyables avec lesquels je suis extrêmement chanceux de travailler."

Un texte symptomatique d'un problème de grande ampleur

Toutefois, selon plusieurs témoignages et tweets, certains employés ont exprimé leur soutien à l'auteur du manifeste dont ils partagent le point de vue. "Dans un contexte plus large, cet employé est peut-être simplement plus audacieux que la plupart des employés qui partagent son avis – selon lequel les femmes sont moins compétentes que les hommes – car il s'est montré prêt à en débattre publiquement", analyse un employé de Google, resté anonyme, auprès de Motherboard. "Mais oui, il y a malheureusement d'autres gens comme lui."

"Il y a beaucoup de réticence de la part des hommes blancs, pour qui la diversité baisse le niveau d'exigence"

"Cela ne sert à rien de voir cet incident comme un cas isolé. C'est plutôt une manifestation de ce qui fait souffrir la Silicon Valley actuellement", poursuit-il. Un ancien ingénieur de Google a lui aussi partagé sa vision des choses à Motherboard : "Je sens qu'il y a beaucoup de réticence de la part des hommes blancs, pour qui la diversité baisse vraiment le niveau d'exigence de l'entreprise."

Google est d'ailleurs loin d'être le meilleur élève en matière d'égalité et de diversité chez ses employés. La firme est actuellement sous le coup d'une enquête du ministère du Travail américain pour avoir pratiqué "des différences de rémunération systémiques en défaveur des femmes dans toute l'entreprise", selon un représentant du ministère. Des accusations qu'elle nie. Malgré tout, elle ne peut récuser ses propres observations : d'après son "rapport de diversité" annuel publié le 29 juin dernier, 56 % des employés sont blancs, et 69 % sont des hommes.

Google est malheureusement loin d'être la seule entreprise de la côte californienne dans le viseur. Il y a encore quelques jours, Uber et Tesla faisaient une fois de plus parler d'elle pour des affaires de sexismes en interne.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.