L'application Booster permet aux automobilistes de faire remplir le réservoir de leur voiture directement à leur domicile ou sur leur lieu de travail.

Les investisseurs en capital risque ont trouvé une nouvelle start-up sur qui parier. Booster a levé 20 millions de dollars – qui viennent s'ajouter aux 12 dont elle disposait déjà – pour poursuivre le développement de ses services, rapporte TechCrunch. Disponible sur iOS et Android, l'application Booster fait se déplacer des camions-citernes avec chauffeur sur le lieu de travail ou au domicile de ses clients pour remplir à leur place le réservoir de leur voiture. 

VOIR AUSSI : Blind, l'appli privée où se bouscule tout le petit monde de la Silicon Valley

Le directeur de Booster, Franck Mycroft, un entrepreneur installé à San Francisco, estime que son service va "réinventer le concept et l’habitude de s’approvisionner en carburant", rien que ça. Parce qu’après tout, dit-il, se rendre jusqu’à la station essence est "la chose la moins fun de la semaine". Et il est sérieux.

Dans la Silicon Valley, l’imagination n’a donc vraiment pas de limites lorsqu’il s’agit de résoudre les soucis du quotidien. Après le livreur, le prestataire de clics et le chauffeur Uber, voilà donc le remplisseur de carburant à la demande. Ce nouveau job va bien plus loin qu’Amazon ou Uber, inspirateurs du micro-emploi et de ses tâches interchangeables, qui polarisent le marché du travail entre professions hautement qualifiées et non qualifiées.

Facebook et eBay déjà partenaires

Les défenseurs de Booster et de "l’économie du partage" préfèrent mettre l'accent sur les opportunités d’embauches que cette application représente. Et tant pis s’il est probablement question d’emplois précaires, – les détails des rémunérations des remplisseurs de carburant n’ont pas été communiqués – certains géants de la tech sont déjà conquis.

Les employés n’ont qu’à s’assurer de laisser le réservoir ouvert

Facebook, eBay, Oracle et Cisco ont déjà signé des partenariats pour permettre à leurs employés de déléguer leur plein de carburant. Ces dernier n’ont qu’à s’assurer de laisser le réservoir ouvert et le personnel de Booster se déplace directement sur les parkings de l’entreprise.

Quelle utilité ?

En plus de représenter un gain de temps considérable pour ces employés pressés, Booster aurait également le mérite de permettre aux consommateurs d’éviter de potentiels criminels qui ciblent les automobilistes dans les stations-services.

"Une expérience plus consumer friendly et sûre"

En résumé, l’appli offre "une expérience plus consumer friendly, sympa, sûre et solidaire", selon les termes de David Wu, l’un des investisseurs. Pas moins de 100 000 personnes ont utilisé Booster une fois, et des dizaines de milliers d’utilisateurs font appel au service chaque mois, selon CNBC.

Dubitative, une journaliste de la chaîne a tout de même demandé à Franck Mycroft si les services de Booster avaient vraiment du sens. À la question "son utilité est-elle réelle ?", le directeur a répondu : "Pourquoi avons-nous eu besoin de Netflix alors qu’on avait déjà des DVD ?".

D’accord, d’accord.

Au moins en France, les stations d’essence traditionnelles peuvent souffler, pour l’heure, les perspectives de développement de l’appli sont limitées aux États-Unis seulement, pays de l'automobile s'il en est.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.