Branle-bas de combat en Chine. Alors qu'Apple procédait ce week-end à la suppression des applications de VPN disponibles sur iPhone, les utilisateurs se sont rués sur l'Apple Store pour télécharger le plus d'applis de réseaux privés virtuels possible.

À l'heure où les VPN ont commencé progressivement à disparaître de l'App Store chinois sur iOS ce week-end, les utilisateurs étaient décidés à sauver frénétiquement tout ce qu'ils pouvaient. Dimanche 29 août, Apple s'est plié à la censure en acceptant de retirer certaines de ses applications de réseaux privés virtuels disponibles sur iPhone. Ces dernières permettaient jusqu'à présent d'accéder à des sites pourtant bannis dans le pays, comme Facebook, Instagram et tous les services Google, y compris Gmail.

VOIR AUSSI : Apple censure l'application du New York Times en Chine

Une victoire pour le gouvernement chinois qui a appuyé ces derniers mois le contrôle déjà très étroit d'Internet et des réseaux sociaux. Alors que l'information se partageait sur les réseaux sociaux, les internautes se sont mis à télécharger un maximum d'applis VPN encore disponibles, comme le résume cet utilisateur sur Weibo : "J'ai téléchargé plus de 10 VPN, ceci est mon dernier combat." À en croire ce même internaute, toutes les applis VPN téléchargées avant leur suppression de l'App Store fonctionnent.

Les applis téléchargées avant leur suppression fonctionnent

Certains n'ont pas eu la chance de sauver les précieux réseaux privés virtuels. "J'ai vu l'info, tenté d'accéder rapidement à mon serveur VPN mais il s'est arrété à trois reprises. Mon cœur est triste", affirme un autre internaute sur Weibo.

D'après la BBC, 60 applis VPN ont été supprimées de l'App Store au cours du week-end.

chine.jpg
Getty images

Les services de VPN sont vent debout

Le gouvernement peut seulement faire pression sur Apple pour bannir ces applications de l'App Store chinois. Les utilisateurs disposant de comptes étrangers peuvent donc encore les utiliser. En d'autres termes, les Chinois qui le souhaitent peuvent toujours contourner l'interdiction en créant un nouveau compte Apple, en le configurant dans un autre pays pour accéder à l'App Store du pays en question et télécharger des applis VPN. Un contournement moins facile qu'il n'en a l'air puisque des informations de vérifications sont exigées, comme une carte de crédit étrangère et une boîte mail internationale.

"Ceci est un précédent très dangereux"

Dans un communiqué diffusé dimanche 29 juillet sur son site, l'application Express VPN affirme être toujours fonctionelle sur desktop et Android. Et ajoute : "Nous sommes déçus de cette évolution car elle représente la mesure la plus drastique prise par le gouvernement chinois pour bloquer l'utilisation des VPN et nous sommes troublés de voir qu'Apple aide la Chine dans ses efforts de censure (...) Express VPN condamne fermement ces mesures qui menacent la liberté d'expression et les libertés individuelles".

Une autre appli VPN, Star VPN, s'est exprimée en des termes similaires depuis son compte Twitter. "Ceci est un précédent très dangereux qui peut amener d'autres pays comme les Émirats arabes unis, où le gouvernement contrôle Internet, à faire pareil."

 

Pourquoi iOS et pas Android ? Tout simplement car le Play Store de Google est interdit dans le pays au niveau des fournisseurs d'acès à Internet. Mais les fabricants de smartphone chinois, à l'instar de Baidu et Tencent, disposent de leurs propres app stores Android. Avec quelques 400 app stores distincts, le gouvernement chinois va donc avoir du mal à tous les supprimer, d'autant plus qu'une fois l'un d'entre eux fermé, un autre sera forcément créé.

L'annonce du retrait des applis VPN de l'App Store d'Apple n'augure rien de bon pour les fournisseurs VPN locaux. En janvier, la Chine avait interdit les VPN "non autorisés" obligeant les réseaux privés virtuels à obtenir une license du gouvernement. Récemment avait été annoncé le blocage de tous les VPN du pays. Une information finalement démentie par le gouvernement. Les mesures de contrôle des réseaux sociaux se sont multipliées ces derniers mois, certains observateurs y voyant une démonstration de force à l'approche des élections du 19e Congrès du parti communiste chinois au cours duquel seront élus les membres du prochain comité central pour un mandat de cinq ans. 

– Adapté par Majda Abdellah. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.