Un brevet déposé par Facebook décrit un "appareil électronique modulaire", à la frontière entre le smartphone et l'enceinte connectée. Comme Google avant lui avec le projet Ara, Facebook serait donc en train de penser le smartphone du futur.

Imaginez un téléphone qui se fait et se défait à la guise : comme une construction en LEGO, on pourrait y enlever la partie appareil photo pour la remplacer par un haut-parleur ou par un petit clavier tactile. Un smartphone personnalisable et multi-usage, dont il faudrait simplement changer la pièce défectueuse sans se débarrasser de tout l'objet.

VOIR AUSSI : On a demandé à des experts à quoi ressemblera le smartphone du futur

Cet appareil, on l'imagine aussi chez Facebook. L'entreprise de Mark Zuckerberg vient, selon Business Insider, de déposer un brevet pour un "appareil électronique modulaire". Il est apparemment au cœur d'un gros travail dans le Building 8, cette division de Facebook consacrée exclusivement à des projets innovants et futuristes (comme écrire avec son esprit).

Un appareil modulaire et économique

Le futur (on l'espère) engin pourrait incorporer des haut-parleurs connectés, des modules tactiles ou encore un GPS, et fonctionnerait comme un téléphone ou comme une enceinte à la manière d'Alexa, développée par Amazon.

telephone-modulaire-facebook-google-ara-project.jpg
Illustration intégrée au brevet.
Facebook

Le brevet mentionne aussi des "millions d'appareils" connectés qui, tous reliés à un même serveur, pourraient fonctionner sous différents logiciels et avoir divers usages en fonction des composants assemblés.

"Du point de vue du consommateur, le cycle de vie d'un appareil électronique est un gâchis de matériel et d'argent"

Surtout, cet appareil pourrait être une réponse aux critiques sur l'obsolescence rapide des produits électroniques et le gâchis de ressources naturelles en conséquence. "Habituellement, les composants d'un appareil électronique destiné au consommateur qui sont considérés comme 'dépassés' sont en fait largement réutilisables", explique le brevet. "Cependant, ces composants ne peuvent pas être réutilisés par les appareils sont construits en système fermé. Du point de vue du consommateur, le cycle de vie d'un appareil électronique est donc un gâchis de matériel et d'argent."

Avec un tel appareil, fini les réparations à 200 euros ou le remplacement complet du smartphone après à peine deux ans d'utilisation : il suffirait de racheter le module défaillant.

Facebook reprend le flambeau de Google

Ce concept d'appareil modulaire multiusage est en vogue dans le monde de la tech, malgré quelques échecs. Le premier téléphone modulaire, le 5G imaginé par LG, s'était mal vendu et présentait plusieurs défauts de conception. Google développait un projet similaire, le projet Ara, interrompu subitement en septembre 2016 sans plus d'explication.

Les plans de Facebook ne sont pas sans lien avec le projet inabouti de Google. Parmi les personnes travaillant sur cet appareil, on trouve non seulement d'anciens ingénieurs d'Apple ou Motorola, mais aussi d'anciens membres du projet Ara qui ont rejoint la firme californienne après l'échec de Google.

Les quatre signataires du brevet sont les anciens employés de Nascent Objects, une start-up rachetée par Facebook en septembre 2016 qui travaillait sur l'impression 3D de gadgets électroniques... et modulaires.

Entre les avancées et la démocratisation de l'impression 3D, la lutte contre l'obsolescence programmée et cette technologie qui pense toujours plus loin, nous ne sommes peut-être qu'à quelques années d'un appareil électronique modulaire, capable de devenir au besoin un smartphone, un tracker fitness, une enceinte portable ou un compartiment à pastilles pour l'haleine, comme le jeune homme dans la vidéo du projet Ara. À chacun ses besoins, et le téléphone du futur sera peut-être capable de répondre à cette exigence pleine de bon sens.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.