Un an après le test de son propulseur, la start-up américaine Hyperloop One a fait rouler à 112 km/h son engin au complet. Une nouvelle étape décisive pour celui qui veut devenir dans un avenir proche un nouveau moyen de transport démocratisé.

"Pour la première fois depuis plus de 100 ans, un nouveau mode de transport a été testé." Shervin Pishevar, co-fondateur et patron d’Hyperloop One, n’a pas joué avec les euphémismes. Dans un communiqué publié ce jeudi, l’équipe du projet lancé par Elon Musk en 2013 annonce que son engin à très grande vitesse a atteint la vitesse de 112 km/h sur une piste de 500 mètres de long dans la nuit du 11 au 12 mai dernier.

VOIR AUSSI : Un accord vient d'être signé en Slovaquie pour envisager la construction d'un Hyperloop européen

Sur une si courte distance, l’appareil aura donc roulé, ou plus précisément "lévité" durant 5,3 secondes. Grâce à une dispositif à sustentation magnétique, il s’est en effet propulsé au-dessus des rails. Sa performance a été immortalisée dans une vidéo, mise en ligne mercredi 12 juillet sur YouTube.

Il s’agissait là du premier test grandeur nature pour l’Hyperloop, qui jusqu’à présent ne nous avait révélé que des photos de son tube-test. Nous avons donc cette fois pu découvrir le XP-1, un prototype de capsule en fibre de carbone et en aluminium dans laquelle passagers et marchandises pourront, à terme, embarquer.

En mai 2016, la société avait pour la première fois mis à l'épreuve en conditions réelles, dans le désert du Nevada, son système de propulsion à induction linéaire. Prochaine étape : atteindre la vitesse de 400 km/h.

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f5341332f5bbeb8e3-ac6a-4c0c-8f5d-da2afe7fe438.jpg
Hyperloop One

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.