Pour chercher un boulot ou échanger sur les dernières rumeurs de la Silicon Valley, tout le petit monde de la tech se donne désormais rendez-vous sur l'appli Blind.

Lorsque le PDG d’Uber Travis Kalanick a annoncé sa démission le mois dernier, des milliers d’employés d’Uber ont passé plus de deux heures et demie, en moyenne, à parcourir Blind.

À l'origine, l’application est un réseau privé de forums uniquement accessibles à quelques 100 entreprises du monde de la tech, où tous les happy few de la Silicon Valley discutent et s’échangent des ragots.

VOIR AUSSI : Des anciens de la tech racontent "l'enfer" de la Silicon Valley

Et cette communauté s’agrandit à vue d’œil. Surtout depuis lundi, puisque n’importe quel employé d’une entreprise de la tech peut maintenant rejoindre Blind à condition de fournir une adresse mail professionnelle. Une fois leur compte vérifié, tous ont accès à de nouvelles chaînes de discussions – basées sur les sociétés, les professions, les lieux de vie, les carrières ou les start up – en plus de la section "Tech Lounge".

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f5316292fbf35e12e-5b64-4cf7-bb46-61f1ee7818d3.png

"L’idée c’est que par exemple, je peux poster quelque chose comme #ingenieurs @facebook, est-ce que vous pouvez m’expliquer en quoi consiste le processus de recrutement ?", explique à Mashable Alex Shin, le directeur des opérations chez Blind. "Et tous nos utilisateurs basés chez Facebook recevront une notification dans l’appli".

Lorsque suffisamment de personnes de la même entreprise se sont inscrites, Blind créé alors une chaîne de discussion privée pour les employés de cette boîte.

"Notre but, c’est de créer des communautés engagées", assure Alex Shin.

Plus de 27 000 employés de Microsoft parmi les utilisateurs

Blind, qui est dirigée par une équipe de neuf personnes depuis San Francisco, a des dizaines de milliers d’utilisateurs actifs appartenant aux plus grandes entreprises du monde de la tech, parmi lesquels 27 000 personnes de Microsoft, 4 000 d’Uber and des milliers d’Amazon, Google, Facebook et Airbnb.

Au cours des deux dernières années, l’application s’est propagée à toute la Silicon Valley. Et a eu droit à quelques moments de gloire, comme lors de l’acquisition de Linkedin par Microsoft.

"J’ai appris l’existence de Blind lors du rachat de Linkedin. Un de mes collègues m’a dit qu’il avait entendu parler de ce deal sur l’appli deux jours avant l’annonce officielle", racontait déjà un employé de Linkedin à Mashable.

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f4003902f54660a67-a282-4ead-b2ed-14f9e8a61b06.png

Une grosse levée de fonds pour s'imposer

Beaucoup d’applications de messagerie anonyme n’ont pas tenu le coup. Secret ou Square ont rapidement disparu. Mais jusqu’à présent, Blind continue de grossir. L’application a levé 6 millions de dollars en mai 2017, grâce à la participation de DCM Ventures, Mirae Asset Ventures, ID Ventures, et AJU IB. Et les utilisateurs de Blind passent en moyenne 41 minutes sur l’appli, ce qui équivaut au temps passé sur Facebook.

Pour devenir un réseau social global, Blind doit attirer plus d’utilisateurs du monde de la tech et donc renoncer un peu à son principe d’exclusivité.

Des salariés issus de tous les rangs de la hierarchie de l’industrie de la tech – designers, ingenieurs, responsables produits ou commerciaux – ont fait savoir à Blind qu’ils aimeraient pouvoir entrer directement en contact avec leurs homologues d’autres entreprises via l’application. En ouvrant l’appli à tout le monde de la tech, Blind a fait de cette demande une réalité. De quoi favoriser les échanges, la recherche d’emploi et les commérages.

– Adapté par Louise Wessbecher. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.