Des bots capables de marchander et de conclure des "deals" à leur avantage, c'est le dernier projet mené à bien par l'équipe en charge de l'intelligence artificielle chez Facebook.

Facebook vient de franchir un nouveau cap dans sa quête pour rendre les bots encore plus humains. Ses chercheurs en intelligence artificielle (IA) – on les appelle les "FAIR", pour Facebook's Artificial Intelligence Researchers – ont enseigné à des bots l'art de la négociation. Une étude publiée mercredi 14 juin détaille ce "progrès" qui a amené les bots à se comporter encore plus humainement que ce à quoi ils s'attendaient.

VOIR AUSSI : Les bots pourraient bien finir par nous pourrir la vie

Comment en sont-ils arrivés là ? D'abord, les chercheurs ont entraîné les bots en utilisant des exemples de négociations humaines. Tous reposaient sur le même scénario : deux personnes devaient se répartir une série d'objets de valeurs différentes. C'est en utilisant ces données que les scientifiques ont appris aux bots à négocier, comme dans le GIF ci-dessous, où les réponses du bot figurent en bleu.

Leur approche ne visait pas seulement à ce que les bots imitent nos comportements. Les scientifiques souhaitaient aller plus loin pour faire en sorte qu'ils se comportent, in fine, vraiment comme des êtres humains en étant capable d'appréhender et anticiper n'importe quelle situation. Le résultat s'est avéré plus que satisfaisant puisqu'une fois qu'on les a confrontés à de vrais humains, les personnes étaient incapables de dire si elles interagissaient avec un bot ou non.

"Les meilleurs bots avaient des capacités comparables à celles des humains"

De la négociation au mensonge

"Les meilleurs bots avaient des capacités comparables à celles des humains", affirme Mike Lewis, membre du groupe FAIR, qui note qu'"au moins une partie de leur avantage réside dans leur patience infinie et leur détermination".

Les bots se sont également vus transmettre ce que les chercheurs appellent des "manœuvres intelligentes". "Il y avait des cas où les agents ont feint un intérêt pour un objet sans valeur, pour finir par faire des 'compromis' en acceptant de le céder", expliquent sur leur blog les chercheurs Facebook. "C'est une technique de négociation que les gens utilisent souvent." En d'autres termes : les bots ont appris à mentir pour obtenir des résultats qui leur étaient plus avantageux.

Mike Lewis précise que ce n'est pas un mode de négociation que les chercheurs n'avaient pas prévu de leur transmettre, mais que les bots ont appris tout seuls en apprenant avec des négociateurs humains.

Perfectionner les assistants personnels

Le code obtenu a été partagé en open source pour permettre à tout développeur de profiter de ces bots dotés de nouvelles compétences. En définitive, les chercheurs en IA de Facebook espèrent que cette avancée contribuera à améliorer les compétences des assistants numériques pour qu'ils soient mieux à même d'accomplir les tâches que nous leur assignons.

"Vous pouvez imaginer un monde où tout cela s'accélère et facilite l'interaction – par exemple des scénarios futurs où les gens utiliseraient des chatbots pour des services après-vente", affirme Mike Lewis. "Un monde où les bots peuvent engager des conversations fluides et ainsi de suite, des négociations à la manière des humains à notre compte avec d'autre bots ou des gens."

– Adapté par Majda Abdellah. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.