Dans la Silicon Valley, Donald Trump est loin de faire l'unanimité. Le dernier tacle est signé Dick Costolo, l'ex-président de Twitter, pour qui rencontrer Donald Trump est comparable au "waterboarding", cette torture par l'eau qui imite la noyade.

C'est un tweet assassin qu'il a publié sur son compte Twitter samedi 10 juin, après l'annonce d'une nouvelle réunion entre le président des États-Unis et les leaders de la Silicon Valley, à la Maison Blanche.

VOIR AUSSI : L'administration Trump vient de compliquer l'embauche d'étrangers dans la Silicon Valley

"Si vous n'êtes pas invité à ce meeting et que vous voulez savoir à quoi ça ressemblera, avalez une bouteille de gin et laissez quelqu'un tenter de vous noyer", écrit Dick Costolo, président de Twitter entre 2010 et 2015. Le terme exact utilisé en anglais est "waterboarding", désignant une technique particulière de torture élaborée par la CIA pour simuler la noyade. Son principe ? Allonger la victime, la tête inclinée et lui asperger le visage de litres et de litres d'eau qui viennent boucher sa respiration et la rapprocher de l'asphyxie. Dick Costolo est donc très énervé.

La réunion en question aura lieu le 22 juin pour discuter des technologies émergentes et de l'Internet des objets, a annoncé BuzzFeed, sans confirmation officielle de la Maison Blanche pour le moment.

Depuis son élection, Donald Trump n'a reçu les dirigeants de la Silicon Valley qu'une seule fois en décembre. Entre le président des États-Unis et ces grands patrons de la tech américains, dont la plupart soutenaient Hilary Clinton, la défiance est croissante. Aujourd'hui, ces entreprises sont soumises à une sorte d'ultimatum : prendre leurs distances et rompre les liens avec la Maison Blanche, ou rester pour tenter d'influencer en interne le discours du président – mais risquer de donner l'impression de valider sa politique, fait remarquer Mashable.

Au moment des polémiques sur le décret anti-immigration, 97 entreprises du secteur des nouvelles technologies, dont Facebook, Google et Twitter, avaient ainsi déposé une requête en justice. Après le retrait de l'accord de Paris sur le climat, les critiques avaient là encore fusé. Elon Musk, avait même décidé de quitter le conseil économique de la Maison Blanche.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.