On peut dire qu’on l’attendait, cet assistant domestique, pour agrandir famille très fermée des produits Apple. Et pour nous faire oublier son arrivée tardive sur le marché des enceintes dopées à l’IA, la firme mise sur la qualité du son et la sécurité.

C’était le produit le plus attendu de cette keynote d’ouverture de la WWDC 2017, la conférence développeurs d’Apple organisée ce lundi matin, heure locale, à San José, en Californie. Mais notre petit cœur de technophile s’est un peu serré lorsque Tim Cook a annoncé que "le tout dernier point" de cette keynote concernait "la musique". Quoi, pas d’assistant domestique ? Les journalistes de Bloomberg et autres experts en prévisions hardware s’étaient-ils donc trompés ?

VOIR AUSSI : Disparition de l’iPad mini, nouveaux MacBook: ce que pourrait nous annoncer Apple le 5 juin prochain

En réalité, le patron d’Apple a choisi ne pas introduire directement son produit comme un assistant intelligent, mais bien comme un enceinte connectée qui s’apprête à "révolutionner la musique comme l’iPod l’a révolutionnée il y a plus de quinze ans". Son nom, HomePod, n’a donc assurément pas été choisi au hasard.

Si les présentations avec ce joli petit haut-parleur ont fait planer un instant de doute sur l’assemblée, composée en grande partie de développeurs et de journalistes venus du monde entier, il est apparu clairement, au fil de la descrption du vice-président en charge du marketing Philip W. Schiller, que HomePod n’était pas une simple enceinte destinée à jouer de la musique dans notre salon. Non, HomePod est bel et bien un assistant domestique régi par Siri, doté de la puce maison Apple A8 et venu au monde pour zigouiller Echo d’Amazon et Google Home.

La musique avant tout

Pour parvenir à cette sanglante tâche, Apple a choisi deux armes de choix : la qualité audio, d’abord. Cette petite enceinte aux allures de Mac Pro dispose d’un haut-parleur spécial basses (woofer) placé à son sommet et de sept haut-parleurs latéraux réservés aux aigus (tweeters), placés de manière à diffuser le son dans toutes les directions. Pour une écoute encore plus musclée, deux HomePod peuvent être synchronisés, à la manière d’une chaîne hi-fi.

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f4985192f9fc3c65b-b3ab-4b8a-8af8-3fe6c8d3ebe9.png
Apple

Lorsqu’il s’agit d’adresser des requêtes vocales à l’assistant, pas moins de six microphones captent la voix. De quoi, selon l’exemple donné par Apple, nous permettre de demander à Siri "qui chante ce morceau" alors que celui-ci est en train d’être joué. Et si diffuser de la musique est bien le rôle principal de ce produit, il n’en reste pas moins capable, à la manière de ses concurrents, de nous indiquer le temps qu’il fait dehors, d’enclencher des podcasts, de nous énoncer des rappels ou encore de nous donner l’actualité. Pour lui demander d’éteindre nos lumières ou de fermer nos volets, il faudra toutefois posséder un équipement compatible HomeKit.

La deuxième arme majeure de ce HomePod, qu’Apple a bien raison de brandir à l’heure où les craintes concernant la protection de nos données personnelles sont plus fortes que jamais, c’est la sécurité qu’il garantit à son utilisateur. La firme de Cupertino étant connue pour être plus respectueuse (car bien plus fermée) de notre vie privée que les géants Google ou Amazon, on imagine aisément que concernant un appareil doté de multiples micros, installé de façon permanente au cœur de notre foyer, ce paramètre sera un atout de taille au moment de l'achat.

HomePod Apple
Karissa Bell/Mashable

HomePod sera disponible à partir de décembre aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie au prix annoncé de 349 dollars. Pour le voir débarquer en France, il faudra donc, comme toujours, se montrer patient. En attendant, et c’est pour tout de suite maintenant, on vous relaye en exclusivité les toutes premières vannes d’Internet sur HomePod.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.