L'école américaine Ironhack ouvre un premier campus en France, au sein de l’espace WeWork dans le 9ème arrondissement de Paris.

On vous a déjà parlé de Simplon, de la Colo #Digigirlz ou encore de la Web@cadémie, ces écoles de la seconde chance dont la mission pédagogique est si salutaire dans le paysage numérique français. On vous présente aujourd'hui Ironhack, une "tech school" américaine qui débarque à Paris. Dans un autre genre (puisque cet établissement, lui, est payant), ce nouveau modèle d’école a l'ambition de permettre à chacun de devenir "un acteur de la révolution numérique", quelque soit son parcours initial.

VOIR AUSSI : Révolution numérique : pourquoi il faut changer l'école

Pratique, l'école propose des cours adaptés à l'emploi du temps (en temps plein ou à mi-temps). Parmi l'offre d'ateliers, on retrouve l'apprentissage du métier de Web développeur (fondamentaux en HTML5, CSS3, JavaScript et MEAN) ou encore un cycle UX/UI Design Bootcamp en 8 semaines pour "avoir les bases en User Centered Design et apprendre à valider ses ideas grâce aux recherches d'utilisateurs, rapid prototyping & heuristic evaluation" (le site Internet en français est encore dans un franglais un peu étrange).

9 semaines pour un taux de recrutement de 90 %

L'avantage comparatif d'une telle formation est sa durée. "C'est un nouveau type d'école dans le paysage français. La formation ne dure que 9 semaines, ce qui est à la fois le temps idéal pour approfondir plus de connaissances que lors de formations de quelques jours telles qu'on en voit déjà, et l'opportunité d'avancer plus rapidement que dans une école classique de 3 ans, option plus contraignante si l'on veut vite s'insérer dans le monde professionnel", explique à Mashable FR Alexandre Berriche, en charge du développement international chez Ironhack.

"L'idée est également de recruter une diversité de profil. La motivation compte beaucoup dans notre sélection des étudiants", ajoute-t-il avant de faire valoir que le tarif de l'école (6 500 euros pour les hommes, 5 500 pour les femmes selon une politique de féminisation de la formation) est intéressant si l'on considère qu'il équivaut à environ 10 % du salaire annuel que toucheront ensuite les Ironhackers. Par ailleurs, des bourses sont également proposées selon le profil social du candidat, en plus de partenariat avec des banques permettant d'échelonner les frais de scolarité.

Fondé en Floride en 2013 par Ariel Quinones et Gonzalo Manrique, Ironhack possédait jusqu'alors des antennes à Madrid, Barcelone et Miami. Paris rejoint cette année la liste. Grâce à des formations intensives orientées vers les compétences recherchées par les entreprises et un coaching en continu des étudiants, la formation se targue d'avoir un taux de recrutement moyen de 90 % dans les trois mois qui suivent la sortie d'école. Au sein des anciens de l'école, on compte désormais des employés de Google, Magic Leap, Twitter, XING, Rocket Internet, Visa ou encore Amadeus.

ironhack2.jpg
Ironhack

– Informations pratiques :

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.