Cette campagne permet de sensibiliser le public et demander aux pouvoirs publics d'actualiser les lois sur le droit d'auteur afin que celles-ci correspondent enfin au Web tel qu'il existe aujourd'hui.

Pour alpaguer les législateurs et les exhorter à moderniser le droit d'auteur au sein de l'Union européenne, le studio de design néerlandais Moniker et l’équipe Advocacy de Mozilla ont mis en ligne Paperstorm.it le 9 mai, une campagne exceptionnelle qui permet à chacun de faire entendre sa voix en lançant artificiellement des tracts sur les villes européennes.

VOIR AUSSI : Et si la blockchain était la solution aux problèmes de droits d’auteur dans l'industrie musicale ?

Quand il arrive sur la page d'accueil de la plateforme, l'internaute français est invité à cliquer sur un flyer afin de l'envoyer sur la tour Eiffel. Paperstorm s’insère dans la continuité des initiatives média menées par Mozilla, incluant Codemoji et Post Crimes. L'objectif : sensibiliser le public et demander aux pouvoirs publics d'actualiser les lois sur le droit d'auteur afin qu'elles correspondent au Web tel qu'il existe aujourd'hui.

Un cadre légal obsolète

Aujourd'hui, "une loi obsolète sur le droit d’auteur menace la santé d’Internet", explique Mozilla dans un billet de blog. En effet, l’actuel cadre légal de l’Union européenne autour du droit d’auteur a été déployé bien avant Internet. En l'état, il empêche certains entrepreneurs d'innover. Techniquement, il rend illégal le fait de partager et modifier des contenus en ligne, à l'instar des mèmes, en plus d'entraver la mission pédagogique d'organisations à but non lucratif comme Wikipédia.

"Tout seul, vous pourrez peut-être envoyer une poignée de flyers. Ensemble, nous pouvons en envoyer des millions – et envoyer un message clair et déterminé aux législateurs européens", invite Mozilla. En effet, à partir d'un certain nombre de tracts envoyés virtuellement, les parlementaires recevront un message sur les réseaux sociaux les incitant à soutenir la réforme du droit d'auteur. "Votre choix pourrait forcer les sites de vidéos à filtrer et supprimer ce que nous postons au nom de la protection du droit d'auteur", peut-on lire sur le tract qui parle au nom des "producteurs de vidéos de chats", "amoureux des GIFs" et "créateurs de parodies qui amusent Internet".

– Pour en apprendre davantage sur le processus de réforme du droit d’auteur, signer une pétition et soutenir cette initiative, rendez-vous sur www.changecopyright.org.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.