L'application Tearline, lancée jeudi 30 mars sur iOS et Android, est une nouvelle plateforme collaborative exclusivement réservée aux membres de la communauté des renseignements américains, invités à échanger autour de rapports déclassifiés.

Dans le jargon des espions, la tear line désigne la marque – le plus souvent un trait – apposée sur un document secret, pour séparer l'information vraiment confidentielle de celle autorisée à être diffusée. Aujourd'hui, Tearline est aussi le nom d'une nouvelle application réservée aux services secrets américains.

VOIR AUSSI : Comment les services secrets américains gèrent les appels au meurtre de Donald Trump sur Internet

Produite par la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA), développée par la start-up IDEO, l'appli est disponible sur iOS et Android. N'importe qui peut la télécharger mais ne risque pas d'y trouver grand intérêt : l'utilisation demeure réservée aux personnes dont les identifiants sont connus et vérifiés par le gouvernement américain. Tearline propose aux collaborateurs des agences de renseignement d'échanger autour des rapports non classifiés et de rassembler des informations générales permettant de contextualiser les rapports les plus secrets.

tearline.jpg
TEARLINE/APP STORE

Espace collaboratif

Prenant la forme d'une plateforme collaborative, un peu comme Wikipédia, l'appli repose sur l'implication de ses utilisateurs le partage de documents et d'informations. Chacun pourra publier des commentaires, mais aussi des textes plus longs, des graphiques, photos, vidéos extraits d'Internet, explique le site Wired.

tear.png
ATIONAL GEOSPATIAL INTELLIGENCE AGENCY

Chaque publication respecte la même structure : deux lignes de résumé suivies d'un bloc de texte. Des informations sur la charte à respecter avant de publier sont renseignées dans une section "Aide" et un espace est disponible pour permettre à chaque membre de poser des questions.

L'application a surtout été pensée par Chris Rasmussen, membre de la NGA et adepte de l'open source. Il avait déjà lancé Intellipedia en 2006, un service encyclopédique fonctionnant sur un réseau confidentiel, dédié aux seize agences qui composent la communauté des renseignements américains.

Reste à voir désormais si les concernés l'utiliseront. Une collaboration sur le modèle de Wikipédia ne faisant pas sens sans collaborateurs dévoués.

– Adapté par Majda Abdellah. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.