Avec sa Creators Update, prochaine mise à jour majeure de Windows 10, l'entreprise de Redmond nous fait savoir qu'elle s'est attachée à clarifier sa politique d'utilisation des données et à nous permettre de faire des "choix".

Le 11 avril prochain, Microsoft commencera à déployer la prochaine mise à jour de taille de Windows, baptisée Creators Update. Nous vous parlerons plus en détails de cette version améliorée de Windows 10 et largement centrée sur la création dans les jours à venir, mais nous pouvons d’ores et déjà vous dire quelques mots concernant l’une des modifications majeures en matière de protection des données.

VOIR AUSSI : Microsoft va améliorer notre contrôle des paramètres de confidentialité

Soucieux d’éviter les polémiques liées au respect de la vie privée de ses utilisateurs, Microsoft a fait savoir dans un communiqué envoyé ce mercredi que la Creators Update s’accompagnera de beaucoup plus de transparence en matière de traitement des données personnelles. "Pour la première fois, nous avons publié une liste complète des données de diagnostic qui sont collectées au niveau basique", expliquent dans un post de blog Terry Myerson, directeur de la division Windows et Appareils, et Marisa Roger, en charge de la vie privée. "Nous avons réduit le nombre d’événement collectés et baissé d’environ de moitié le volume de données que nous collectons au niveau de base."

Un choix de paramètres simplifié

Les utilisateurs auront leur choix entre deux modes : un niveau "Basic", qui limite la collecte, et un niveau "Full"

Mais qu’est-ce donc que ce "niveau de base", qui implique logiquement l’existence d’un niveau plus avancé ? Au moment de la mise à jour de leur système d’exploitation, les utilisateurs auront le choix entre deux modes : un niveau "Basic", qui limite les informations collectées "à l’essentiel pour comprendre le périphérique et sa configuration", nous dit Microsoft (informations de base sur l’appareil, comptabilité applicative, Windows Store…), et un niveau "Full", qui autorisera Windows à accéder à nos données de localisation, vocales ou encore de pertinence publicitaire. 

Cette collecte plus poussée de données de diagnostic offrirait à Microsoft la possibilité de nous "fournir l’expérience la plus riche et [permettrait] à d’importantes fonctionnalités de Windows 10 de fonctionner efficacement", ont poursuivi les cadres de l’entreprise.  

À noter que ce choix ne sera proposé par Windows automatiquement que lorsqu’un utilisateur utilisera un nouveau périphérique fonctionnant sous Windows 10, ou dans le cas d’une première installation. En cas de mise à niveau d’un appareil déjà équipé du dernier opus de l’OS, si une notification nous avertira qu'un tel choix pourra être fait, il faudra tout de même se rendre manuellement dans les paramètres, dont la configuration précédente aura été conservée par défaut.

privacy-1.png
Microsoft

Une optimisation forcée ?

Il aura donc fallu attendre près de deux ans, depuis le lancement de Windows 10 en juillet 2015, pour que Microsoft se décide à clarifier sa politique d’utilisation des données et à mieux respecter le caractère privé de ces dernières. Malgré tout, ce virage appréciable aura été pris dans la douleur : outre les nombreuses critiques adressées à l’entreprise à ce sujet par son immense base utilisateurs, les autorités européennes avaient elles aussi dû frapper du poing sur la table pour que Microsoft se plie à leurs directives en matière de protection de la vie privée. Les améliorations apportées par cette Creators Update seront-elles suffisantes pour calmer les tensions ? Wait and see.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.