Des scientifiques ont réussi à mettre au point un matériau auto-réparateur et conducteur d'électricité. D'ici quelques années, notre smartphone pourrait bien être en mesure de réparer lui-même les fissures de son écran.

Il y a peu, c'était de la science-fiction, de la magie, un doux rêve. Puis soudainement, c'est devenu une réalité, une possibilité : notre écran de smartphone fissuré pourrait bien se réparer tout seul, et c'est Wolverine qui a inspiré cette découverte majeure. Qui a dit que les comics ne servaient à rien ?

VOIR AUSSI : Le Samsung Galaxy S8 a donc eu droit à un unboxing sous l'eau au milieu des requins

Des scientifiques du département de chimie de l'université Riverside en Californie ont développé un matériau auto-réparateur pour remplacer le verre de nos écrans de téléphones, mais aussi pour des muscles artificiels et de nombreux objets électroniques. Le concept n'est pas tout à fait nouveau. En 2013, le LG G Flex est sorti, doté au dos d'une surface qui réparait toute seule et en quelques minutes ses rayures et autres dégâts. Mais la matière n'était pas conductrice d'électricité, il était donc inutile de l'utiliser pour construire un écran ou n'importe quel gadget.

C'est pour cela que cette nouvelle invention est véritablement inédite. Ce matériau est "transparent, auto-réparateur, très souple et il peut être activé par l'électricité. Il peut servir à améliorer des batteries, des appareils électroniques et des robots", explique la publication sur le blog de Riverside.

Chao Wang, l'un des créateurs du concept, a "développé un intérêt pour les matériaux auto-réparateurs grâce à sa passion de toujours pour Wolverine, le personnage de comics qui guérit de lui-même."

Christoph Keplinger, son collègue de l'université Riverside, avait déjà prouvé que ce genre de matière souple et transparente peut servir à créer des haut-parleurs transparents. En y ajoutant la capacité de se réparer de manière autonome, le nouveau matériau est parfait pour tout type d'électronique. Il est à la fois peu cher et résistant, et se répare tout seul simplement en reposant 24 heures à température ambiante.

image-ecran-auto-reparateur.jpg
UC Riverside

On sait, ça semble trop beau pour être vrai. Mais Chao Wang pense que ce type de matériau sera produit d'ici 3 ans. "Dans moins de 3 ans, il y aura plus de produits auto-réparateurs sur le marché et cela changera notre quotidien. Cela rendra nos téléphones bien plus performants qu'aujourd'hui", a prédit le scientifique, interrogé par Business Insider.

Par contre, pour les griffes en adamantium, il faudra encore patienter.

– Adapté par Charlotte Viguié. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.