Un "vrai" nouveau Mac Pro, station de travail version Apple, devrait voir le jour en 2018. Beaucoup plus étonnant, le fait qu'Apple ait convoqué des journalistes à une conférence de presse en petit comité pour leur faire part de cette nouvelle.

"C’est plutôt inhabituel de se retrouver tous ensemble de cette façon", a déclaré Phil Schiller, directeur marketing d’Apple, à une poignée de journalistes triés sur le volet et réunis lundi dans les bureaux de Cupertino. Il est vrai qu’Apple a toujours préféré les spectaculaires keynotes aux points presse confidentiels, culture du secret – et par extension de la révélation en grande pompe – obligent.

VOIR AUSSI : Apple s’estime désormais prêt à fabriquer ses propres puces graphiques pour iPhone et iPad

Présents également autour de la table, où était convié notre reporter tech Lance Ulanoff, Craig Federighi, directeur de l’ingénierie logicielle, ou encore John Ternus, directeur de la section hardware de l’entreprise. "On est en train de complètement repenser le Mac Pro", a annoncé Phil Schiller. 

"On est en train de complètement repenser le Mac Pro"

Apple a donc fait ce lundi 3 avril l’impensable : communiquer publiquement sur ses projets en cours, sans avoir ne serait-ce qu’une petite nouveauté produit à présenter. Et il ne s’agit pas de projets en passe d’être concrétisés dans les jours ou les semaines à venir. Non, il était bien question de parler de travaux qui ne seront achevés que dans les mois prochains ; comprendre en 2018, au moins. 

Fait amusant, le contenu de l’annonce a fini par bien moins nous surprendre que le fait qu’Apple ait décidé d’en faire une de cette façon, à cette période de l’année. Repenser le Mac Pro, d’accord. Mais on peut dire sans exagérer qu’il était temps, celui-ci n’ayant bénéficié d’à peine quelques rafraîchissements depuis son lancement en juin 2013. Certes, son joli design cylindrique et compact avait largement séduit, là où n’importe quelle station de travail, toujours rectangulaire, n’était parvenue à devenir un objet "sexy".

Plus de modularité en perspective

Sauf que cette sexyness, gagnée au détriment de sa modularité, avait fini par lui faire perdre un bon nombre d’adeptes. "Nous voulions présenter quelque chose d’audacieux et de différent. Rétrospectivement, on a réalisé que cela ne correspondait pas aux utilisateurs que nous ciblions", a reconnu Craig Federighi. Heureusement pour Apple, la plupart de ces utilisateurs avaient abandonné le Mac Pro pour l’iMac, puissant tout-en-un plus en accord avec les attentes du marché de l’époque.

Aujourd’hui, le constructeur explique donc vouloir "prendre son temps" (sans blague) afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Très peu de détails ont ainsi été dévoilés sur ce prochain modèle, mais Apple parle déjà de viser un spectre d’utilisateurs plus large en façonnant une machine plus ouverte à la personnalisation. Impossible également de savoir à quel stade de développement en est la firme.

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f4360892ff8cf7ae7-44d4-4614-8291-a7b7574c2126.jpg
John Ternus, Phil Schiller et Craig Federighi lors de ce meeting presse très restreint, lundi 3 avril.
Apple

Autre annonce majeure, bien que logique : un nouvel iMac devrait voir prochainement le jour, celui-ci n'ayant également pas été renouvelé depuis 2013. Mais un écran tactile, à l’instar de celui du Surface Studio lancé récemment aux États-Unis par Microsoft, devrait être une option à bannir : à ce sujet, Schiller aurait tout simplement fait "non" de la tête, nous a rapporté Lance. Enfin, concernant la possible disparition des ports au profit d'USB-C, notre collègue a eu droit à cette réponse : "Ce n’est pas parce que nous avons supprimé quelque chose sur un produit que nous allons forcément l’enlever sur un autre." Hum, d'accord, on verra bien alors.

Briser l'image d'un constructeur sourd aux attentes

Mais pourquoi convoquer une telle réunion au sommet plutôt que de se fendre d’un simple communiqué de presse ? Apple semble pour une fois tenir à ne pas passer pour une entreprise qui n’écoute pas ses clients. Clients dont les plus fidèles (et souvent les plus sévères) n’hésitent d’ailleurs pas à faire part de leurs critiques sur le Web. "Pour parler franchement et être un peu transparent sur ce que nous faisons actuellement en interne, certaines directions que l’on prend sont motivées par ce que nos utilisateurs désirent, parce que nous nous soucions énormément d’eux et que nous souhaitons communiquer avec eux", a confessé Phil Schiller.

En attendant la concrétisation de toutes ces belles choses, les adeptes du Mac Pro tel qu’il est en vente aujourd’hui (s’il en reste encore dans la salle) ont droit depuis ce mardi à une petite mise à niveau des processeurs et cartes graphiques.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.