C’est un véritable événement dans le monde de la finance : ce jeudi, Snap Inc., maison mère de Snapchat, entre à Wall Street en levant la somme de 3,4 milliards de dollars. Mais de nombreux défis restent à relever pour la firme aux œufs d'or.

Elle représente la plus grosse introduction en bourse de l’année, et l’une des plus importantes de l’histoire des entreprises technologiques américaines. Face à un colosse comme Facebook, Snap Inc., propriétaire de l’application de partage de photos et de vidéos éphémères, est parvenue à lever 3,4 milliards de dollars, soit 3,22 milliards d’euros, pour son entrée à Wall Street. 

VOIR AUSSI : La valeur en bourse d'une start-up explose parce que des investisseurs l'ont confondue avec Snapchat

À ce jour, l'entreprise serait valorisée 24 milliards de dollars. Le nombre d’actions, lui, s’élèvera à 200 millions, unitairement valorisées à une quinzaine de dollars. Ces chiffres s’avèrent bien supérieurs aux attentes de la firme éditrice de l’application, qui, si elle a vu son nombre d’utilisateurs actifs doubler en 2016, n’a pourtant encore jamais dégagé de bénéfices.

La menace Instragram

Cette introduction boursière record ne fait d’ailleurs en rien oublier la prudence aux investisseurs, qui regardent du coin de l’œil la montée en puissance spectaculaire d’Instagram, propriété de Facebook et désormais concurrent direct de Snapchat avec l’apparition de ses Stories en août dernier. Une récente enquête de TechCrunch avait laissé entendre que Snapchat ne cessait de perdre du terrain face à Instagram Stories, privé de plus de 150 millions utilisateurs quotidiens en seulement 25 semaines. 

Facebook semble s’être lancé dans une véritable croisade contre la messagerie

Une belle revanche pour Facebook, qui n’a toujours pas digéré le fait de n'avoir pu acquérir le lucratif petit fantôme : en 2013, Evan Spiegel, le fondateur de Snapchat, avait en effet refusé l’offre de près de 3 milliards de dollars de Mark Zuckerberg. Depuis, Facebook semble s’être lancé dans une véritable croisade contre la messagerie et n’hésite pas à reproduire délibérément les recettes de son succès auprès des jeunes. 

Les jeunes justement, ces fameux Millenials à qui Snapchat doit incontestablement cette entrée au NYSE, se font de plus en plus rares parmi les nouveaux utilisateurs de l’application. Aux États-Unis, ce sont désormais des adultes qui découvrent les filtres oreilles de chien ou couronnes de fleurs et qui assurent une certaine croissance à la société. Elle devra donc, pour maintenir sa valeur et séduire à nouveau les jeunes générations, continuer à prouver qu’elle est toujours cette audacieuse start-up de Venice Beach qui a su inventer des nouveaux formats de communication, et plus fort encore, les imposer jusque dans les médias.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.