Après avoir été bannies des rues de San Francisco, les voitures autonomes d'Uber ont mis le cap sur l'Arizona. Des clients ont pu tester ce nouveau service mardi 21 février.

Depuis deux mois, une poignée de voitures autonomes d'Uber circulent en Arizona. Et comme le rapporte The Verge, elles ont commencé à transporter des passagers. 

VOIR AUSSI : Les voitures sans chauffeur d'Uber priées d'arrêter de rouler moins de 24 heures après leur sortie à San Francisco

L'opération a demarré le 21 février dans la ville de Tempe. Les habitants ont donc découvert des voitures Uber privées de chauffeurs, mais pas d'une présence humaine. Deux ingénieurs sont présents à bord de chaque véhicule pour des raisons techniques et sécuritaires. Le premier observe le comportement de l'automobile tandis que l'autre fait office de garde-fou : si un incident se produit, il peut reprendre le contrôle de la voiture. 

Une séduction politique 

Cette expérimentation a de quoi surprendre. En décembre dernier, la ville de San Francisco a prié Uber d'interrompre son nouveau service moins de 24 heures après son lancement. La ville avait demandé que les véhicules de la société intègrent le programme "Autonomous Vehicle Tester". Uber avait refusé cette adhésion, estimant que ces voitures n'étaient pas suffisamment autonomes. 

Alors comment l'entreprise a-t-elle convaincu l'Arizona ? La réponse est certainement politique. Doug Ducey, le gouverneur républicain de l'État, a exprimé à plusieurs reprises son envie d'accueillir Uber. "L’Arizona accueille Uber et ses voitures autonomes à bras ouverts et lui ouvre ses routes en grand [...] La Californie ne vous veut pas, mais nous oui", avait-il déclaré en décembre sur le site officiel de son État. La drague était évidente et il a réussi à conclure. 

Selon un journaliste de FOX10 Phoenix, Doug Ducey a déjà testé l'une des voitures autonomes en circulation. 

Uber devrait poursuivre à l'avenir l'automatisation de ses véhicules. Pas sûr que cela plaise aux conducteurs qui gagnent leur vie sur les routes. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.