Le réseau Framasoft a organisé jeudi à Paris un atelier pour présenter CHATONS, le Collectif des hébergeurs alternatifs, transparents, ouverts, neutres et solidaires. Mashable FR y était.

On vous a déjà parlé de Framasoft sur Mashable FR. La première fois, c'était pour vous proposer de dégoogliser ensemble Internet. Quelques mois plus tard, on vous présentait les alternatives mises en place par le réseau d'éducation populaire pour remplacer les produits Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft (GAFAM). C'est ainsi que Framagenda remplaçait Google Agenda, Framadate Doodle, Framadrop WeTransfer ou encore Framateam Slack.

VOIR AUSSI : Framasoft propose de "dégoogliser" Internet un peu plus encore

Aujourd'hui, Framasoft va plus loin encore. L'association qui promeut la culture du libre veut créer un réseau d'hébergeurs libres. But : mettre à disposition des internautes la possibilité de ne pas stocker toutes leurs données personnelles au même endroit, c'est-à-dire chez les géants du numérique qui tiennent le monde entier dépendant d'eux. Pour cela, à la façon d'une AMAP, il suffit à chaque aspirant libriste [NDLR : citoyen attaché aux valeurs éthiques du logiciel libre] de consulter cette carte afin de choisir un hébergeur pas loin de chez lui. À condition d'avoir la fibre et un garage, il est également possible de soi-même devenir hébergeur.

Pourquoi ? Parce qu'Internet est un territoire à défendre

"Les GAFAM cherchent à racheter Internet", fait remarquer Pierre-Yves Gosset, président de Framasoft qui ouvre la séance. Dans le public, une vingtaine de personnes (associatifs, doctorants, développeurs mais aussi des retraités, dont un ancien ingénieur en génie civil désireux de "propager la culture du libre autour de lui") sont venues se renseigner pour naviguer autrement que sous la coupe des multinationales de la tech.

"Stocker quelque chose sur le cloud, ça veut dire en gros le stock sur l'ordi de quelqu'un"

Car, faut-il le rappeler, en détenant bien un quart des capitaux des entreprises américaines, Apple, Microsoft et Google forment à eux trois une domination économique, technologique et culturelle monstrueuse. Par principe de précaution, a-t-on réellement envie de totalement dépendre de ces géants de la télécommunication ?

Même si utiliser les mêmes services que tout le monde présente un certain confort (on a généralement davantage de contacts sur WhatsApp que sur Telegram...), l'horizon que dessinent nos dépendances aux grands groupes n'est pas glorieux. "Trouvez-vous ça normal que c'est depuis un petit bureau de la Sillicon Valley que tant de décisions impactant vos vies quotidiennes sont prises ?", interroge Pierre-Yves Gosset. À mesure que tout devient numérique dans nos vies, il y a une urgence citoyenne à reprendre le pouvoir sur le territoire à défendre qu'est Internet. 

Comment ? En étant "producteur" du numérique, et pas juste "utilisateur"

Plutôt que de se contenter d'utiliser les services proposés par les géants, les citoyens et internautes peuvent s'associer pour créer leurs propres réseaux.

Pierre-Yves Gosset reprend la métaphore de l'AMAP pour mieux la filer : "Bien sûr, vous pourriez vous contenter d'acheter vos légumes en grande surface. Mais l'avantage que vous trouverez à être inscrit à une AMAP, c'est la confiance que vous pourrez mettre en l'agriculteur : vous pourrez le rencontrer, lui demander de vous faire visiter son exploitation, discuter avec lui, et surtout, vous saurez exactement comment sont cultivés vos légumes... Ce qui n'est pas le cas des légumes de supermarché", poursuit-il.

On a souvent rabâché qu'Internet était une vaste entité. C'est vrai, mais ça n'oblige en rien de ne pas l'envisager sous des angles plus locaux. Les services Framasoft, par exemple, ne fonctionnent que grâce à 16 machines physiques hébergées en Allemagne ("pour éviter la Loi Renseignement", nous souffle Pierre-Yves Gosset), correspondant à une quarantaine de machines virtuelles, c'est-à-dire 12 mètres d'autoroute – le tout pour 150 000 euros par an, venant majoritairement de dons faits à l'association Framasoft. Pour de tels services, c'est une bagatelle.

Quand ? Dès maintenant...

... parce que "stocker quelque chose sur le cloud, ça veut dire en gros le stocker sur l'ordi de quelqu'un".

Souvenez-vous de la vie avant le cloud : on stockait les choses sur des disques durs et des clés UBS, et tout se passait très bien aussi. Puis l'informatique en nuage est arrivé, et avec lui ce mot aérien et inoffensif, "cloud".

Or, même pratique dans la vie de tous les jours, le cloud computing suppose bien stocker nos informations sur des serveurs qui ne nous appartiennent pas. 

VOIR AUSSI : Vers une "cloudisation" du monde, pour le meilleur et pour le pire

C'est là que se situe tout l'intérêt d'avoir recours à des hébergeurs locaux. "Plutôt que de machinalement faire confiance au 'cloud', mot qui veut surtout dire 'serveur d'un géant du numérique', il est important de pousser la réflexion autour des hébergeurs transparents et neutres", propose Pierre-Yves Gosset.

Outre-Atlantique par exemple, on a vu comme le Patriot Act avait servi de passe-droit aux autorités américaines voulant obliger les entreprises à leur céder des données personnelles de citoyens surveillés. Stocker ses informations dans des endroits moins centralisés, c'est donc aussi complexifier l'accès à nos données personnelles.

"On a su montrer qu’on n’avait pas intérêt à vendre les données personnelles que l’on a puisque l’on vit sur les dons des internautes. Évidemment, techniquement on pourrait revendre toutes les données à Google. Mais notre loyauté est un engagement moral", répond Pierre-Yves Gosset à une dame du public relevant que confier ses données à Google ou à Framasoft, c'est au bout du compte toujours les confier à un tiers.

Il n'y a pas de serveur impénétrable. Mais à choisir, plutôt que de tous s'installer dans l'immeuble Google, pourquoi ne construirait-on pas des cabanes d'hébergeurs indépendants ci et là ?

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.