Du 5 au 11 décembre aura lieu Hour of Code, une semaine mondiale dédiée à l'apprentissage du code informatique et de la programmation, destinée aux jeunes dès l’âge de 7 ans. Mashable FR a testé un cours d'initiation... avec des enfants pour profs.

"On avait envie d'inviter les journalistes qui saluent régulièrement l'organisation d'ateliers de code... à venir à apprendre quelques bases du code. Surtout, on voulait que cette initiation soit dispensée par les enfants qui ont appris l'année dernière", explique Erwan Kezzar, l'air joyeux, avec sa petite trentaine et sa chemise blanche rentrée dans un jean.

VOIR AUSSI : Vidéo: il faut apprendre le code "comme une langue vivante", estime Najat Vallaud-Belkacem

Assise sous la verrière de cette ancienne usine de Montreuil, j'écoute les mots du cofondateur et directeur de Simplon.co, une école qui forme gratuitement au code. À mes côtés, deux autres journalistes, une jeune lycéenne et deux petites têtes blondes de primaire.

Aujourd'hui chez Simplon.co, en partenariat avec l'association ZUP de CO (dont on vous parlait déjà ici à l'occasion des colo Digigirlz) et Microsoft France, on fait la preuve par trois que le code est une discipline à la portée de tous. Déjà, parce que le code, "ce n'est pas que pour les ingénieurs qui ont fait de grandes écoles", mais c'est "à la portée de tous ceux qui ont l'envie et la motivation", rappelle Erwan Kezzar. Ensuite, parce que les métiers du numérique sont aujourd'hui partout autour de nous et il est urgent de montrer aux enfants que ces filières ont de l'avenir.

La commande, la boucle et la condition

Le cours commence par une petite mise en scène de quelques élèves. Ils s'activent pour expliquer "les principes du code" en utilisant leurs corps et l'espace qui les séparent. "Si je veux que Capucine avance de trois pas, je dois ordonner à l'ordinateur de lui dire 'avancer plus', 'avancer plus', 'avancer plus'", explique le jeune homme pour illustrer le principe de la "commande". "Mais pour aller plus vite et ne pas à avoir à répéter 'avancer plus', je peux aussi lui dire '3 fois avancer plus', poursuit-il pour raconter ce qu'est une boucle. "Et s'il y a un obstacle face à Capucine, je peux préciser à l'ordinateur 'si obstacle, sauter' afin qu'il lui demande de passer par dessus l'obstacle", termine-t-il pour expliquer la "condition".

Leur agilité, leur façon d'expliquer les bases de la programmation très spontanément avec leurs propres mots, leur bonne humeur et leur aisance à l'oral : tout cela saute aux yeux. Un état d'esprit que nous confirme Anne-Solène Chevalier, Project Manager au pôle "kids" : "Quand on leur apprend à coder, on leur dit aussi 'soyez capable de réexpliquer aux autres ce que vous avez appris. C'est pour ça qu'ils intègrent aussi vite les notions avec leurs propres mots...", se réjouit-elle.

L'atelier se poursuit par une petite heure passée sur le module Minecraft que l'on trouve mis en ligne sur code.org. Ce sont les enfants qui guident les adultes dans leur découverte du jeu. Découpé en plusieurs étapes, celui-ci propose de se familiariser avec les principes de "commande", "boucle" et "condition" (mentionnés plus haut). Après chaque mission réalisée au moyen de blocs à déplacer, dans le but de construire des maisons, planter des graines ou encore tondre des moutons, une page s'affiche avec les lignes de code que l'on a rédigées sans s'en rendre compte. Moi qui apprenais à coder sur codecademy.com, je dois reconnaître que les principes expliqués dans Minecraft sont astucieusement mis en avant. Idéal pour tous les enfants qui veulent commencer à coder en s'amusant.

Le cours se termine, dans les bavardages et les rires, par un goûter et une remise de diplômes. "C'est ludique et ça permet à tous les apprentis de se sentir fier de cette première heure d'initiation", m'explique Céline Corno, chargée de développement chez Zup de Co. Pour la photo, les diplômes des élèves ayant mené le cours sont imprimés une nouvelle fois.

Lancé en 2013 par l’association à but non lucratif Code.org, le mouvement Hour of Code initie enfants comme adultes à la programmation, au moyen de tutoriels. En 2015, 195 millions d’enfants ont déjà pu bénéficier de ces modules dans plus de 180 pays le monde.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.