Qui aurait cru qu'un jour, Microsoft et Linux, le roi des systèmes d'exploitation open source, marcheraient main dans la main ? Pas grand monde, mais c'est pourtant bien vrai : les ennemis de toujours semblent (presque) réconciliés.

Il est bien loin le temps où Steve Ballmer qualifiait Linux de "cancer". D’ailleurs, même lui est revenu (en partie) sur ses propos.

VOIR AUSSI : Seeraiwer, une bière open source fabriquée par des miliants du logiciel libre

Mais apprendre que Microsoft rejoint la Linux Foundation, accueilli à bras ouverts par Jim Zemlin, son directeur exécutif, revient à être averti que les poules ont désormais des dents. La firme de Redmond en devient même un membre "Platinium", qui s’obtient au prix de 500 000 dollars (IBM, Intel ou Samsung ont eux aussi mis la main au porte-monnaie).

C’est John Grossman, l’architecte en chef d’Azure, la plateforme Cloud de Microsoft, qui occupera ce nouveau siège. "Microsoft poursuit ainsi le développement de sa stratégie d’ouverture au service des différentes communautés de développeurs dans un monde interopérable", rapporte le communiqué publié par Microsoft

Un (grand) pas, oui, mais pour mieux avancer

Si une telle association paraissait impensable il y a encore quelques années, l’arrivée de Satya Nadella, en février 2014, au poste de CEO chez Microsoft explique que la donne ait changé : très tôt, celui-ci a prouvé qu’il avait l’esprit plus ouvert que son prédécesseur sur la question de l’open source. "Satya est très customer-centric. Si [les utilisateurs] utilisent Linux, et ils le font souvent, nous voulons qu'ils soient satisfaits. Nous devons jouer dans un monde ouvert et hétérogène", déclarait en août Wim Coekaerts, le vice-président de la section open source de Microsoft. 

"Nous devons jouer dans un monde ouvert et hétérogène", tel est le discours chez Microsoft

Il faut aussi rester lucide : ce tournant dans la politique de Microsoft est bien évidemment intéressé. Alors que la communauté open source ne cesse de s'agrandir, la firme sait qu'elle ne peut se permettre de louper le créneau du Cloud, comme elle l'a fait, par le passé, avec le secteur du mobile, au profit d'acteurs comme Google ou Apple. 

Du côté de la Linux Foundation, on estime que Microsoft "est le mieux placé pour collaborer avec la communauté autour de l’open source pour amener des expériences mobile et dans le cloud à plus de personnes". Pour Jim Zemlin, interrogé par ZDNet, "la philosophie [de Linux] est que l'open source devrait être une grande tente où n'importe qui peut contribuer. Fut un temps, c'était le propriétaire versus l'open source et le gagnant remportait tout. Mais cela appartient au passé. L'open source est maintenant une force majeure dans le développement de logiciels (...)."

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.