Alors que les meilleures ennemies de la Silicon Valley ont présenté la semaine dernière, à un jour d'écart, de nouveaux ordinateurs, un murmure semble s'être élevé sur le Web : Apple aurait-il fini par perdre sa légendaire "sexyness" ? Analyse.

"Le problème chez Microsoft, c'est qu'ils n’ont pas de goût", lançait Steve Jobs en 1995 dans une interview télévisée.

VOIR AUSSI : Le Surface Studio est le PC tout-en-un que tout le monde attendait

Alors que la firme de Redmond vient de dévoiler une version plus musclée de son séduisant portable hybride – le Surface Book 2 – et un impressionnant PC de bureau haut de gamme 28 pouces intégralement tactile – le Surface Studio –, on serait tentés de dire que le fondateur d’Apple serait plutôt de mauvaise foi s’il balançait à son concurrent historique la même pique 21 ans plus tard.

Non seulement, le design des deux nouvelles machines de Microsoft a été largement salué par la sphère tech, mais leurs performances, elles aussi, ont été remarquées. Avec une puissance poussée et 16 heures d’autonomie annoncée pour le Surface Book 2, ou encore une définition de 4 500 par 3 000 pixels pour l’écran inclinable à 20 degrés du Surface Studio, elles pourraient d’ailleurs bien détourner nombre de fanboys(-girls) de leur sacro-sainte pomme.

Microsoft marche sur les plates-bandes d'Apple

Indéniablement, il a de quoi trembler du côté de Cupertino : le Surface Book s’affirme désormais comme un concurrent sérieux du dernier MacBook Pro, présenté par Apple au lendemain des annonces de Microsoft. Car malgré sa Touch Bar, joli petit écran OLED qui remplace les touches de fonction du clavier, l’engin a plutôt déçu sous le capot.

https-2f2fblueprint-api-production.s3.amazonaws.com2fuploads2fcard2fimage2f2643402ftouchbar.gif
GIF Touch Bar

Il ne manquerait plus que les graphistes et autres créatifs préfèrent le Surface Studio à leur fidèle iMac, dont la dernière "vraie" mise à jour remonte à… 2013. Une désertion du marché par Apple qui donne d’ailleurs l’opportunité à Microsoft de vendre son joujou pour artistes numériques pas moins de 3 000 €. Prix de départ.

Car question tarifs, là encore, Microsoft a décidé de marcher dans les pas de son compétiteur, voire même de le surpasser : son Surface Book 13,5 pouces, qui n’est pour l’instant disponible en précommande qu’aux États-Unis, affiche un prix de 2 399 dollars, quand le MacBook Pro 13 pouces avec Touch Bar est vendu au prix de 1 799 dollars (1 999 euros en Europe). Apple aurait presque des raisons de voir ça comme une provocation, lui qui nous a habitués à nous endetter sur plusieurs mois.

Et Apple dort sur ses lauriers 

Il ne faut pas non plus oublier que les Surface Book et Studio ne sont pas les seuls devices de Microsoft à donner un coup de vieux à la firme de Tim Cooks : HoloLens, le casque de réalité augmentée version Redmond, nous rappelle sans cesse qu’Apple n’a toujours pas fait son entrée – du moins officielle – dans la course à l’AR et à la réalité augmentée.

Et l'on ne parle même pas de Google, le "nouveau" constructeur qui monte...

Windows 10 Creators Update, prochaine mise à jour disponible au printemps largement dédiée à la 3D, promet quant à elle de belles choses. 

Et l'on ne parle même pas de Google, le "nouveau" constructeur qui monte, qui monte... Si l’on fait le bilan – dans les grandes lignes –, qu'a proposé dernièrement Apple, hormis sa Touch Bar ? Des écouteurs sans fil… toujours indisponibles à la vente. Alors forcément, sur le Net, les dents commencent à grincer.

La discussion se poursuit jusque sur le subreddit r/Apple

"Apple n'est plus cool", une ritournelle

Mais… ne disions-nous pas la même chose en 2015, alors que Microsoft venait de mettre les deux pieds dans le plat du hardware ? Quelques mois plus tôt, le site américain Engadget déclarait déjà qu’Apple était devenu "le Microsoft du milieu des années 2000" (ah, l’époque Windows Vista…). En 2013, la version française d’Übergizmo, s’appuyant sur une étude marketing, affirmait qu’Apple n’était "plus cool" et que "les ados voulaient une Microsoft Surface". Il y eut aussi cet article, celui-ci ou encore celui-ci, en 2012… En clair, il n’a pas fallu attendre les derniers produits Microsoft pour que la "coolitude" d’Apple soit enterrée. 

44dfba336818f59d01dfb1e13a26bd15.jpg
Une publicité pour le Newton d'Apple de 1996.

Après tout, ne s’agit-il pas de perpétuer cette romanesque rivalité, née dès 1981, entre les deux géants et leurs fondateurs charismatiques ? Certes, Apple a largement remporté la bataille de la hype ces 15 dernières années, l’iPod et l’iPhone à l’appui. Mais avant ces éclairs de génie, sa traversée du désert, entamée dès le début des années 1990, manqua de lui être fatale. Que la personne qui se rappelle vraiment du Newton, son agenda électronique lancé en 1992, lève la main…

Apple n'est pas né de la dernière pluie

Alors voilà, avec un passé pareil, on peine à croire qu’Apple regarde, impuissant, à nouveau le train partir sans lui. Son absence dans le domaine de la VR est un choix stratégique – et Tim Cook s’est d’ailleurs déjà exprimé sur le sujet.

VOIR AUSSI : Pourquoi Apple ne parle pas (encore) de réalité virtuelle

Certes, 2015 et 2016 sont loin d’être des millésimes pour Apple le fabriquant (la 3D Touch sur l’iPhone 6S, l’appareil-photo déjà challengé de l’iPhone 7, l’Apple Watch 2 ou encore la Touch Bar, donc, ne marqueront probablement pas les annales). Certes, Tim Cook n’est pas Steve Jobs. Certes, pour la première fois depuis quinze ans, l’entreprise connaît une décroissance.

Certains analystes voient cette tiédeur comme une prise de recul

Mais certains analystes voient cette tiédeur comme une temporisation, une prise de recul, et prévoient déjà que la firme sortira l’artillerie lourde fin 2017 avec un iPhone 8 (ou 10, pour son 10e anniversaire ?) équipé d’un écran OLED, sans port de charge, ou même sans bouton d'accueil.

Les secteurs où la marque à la pomme est attendue sont de toute façon trop nombreux pour qu’elle ne nous réserve pas de surprises : automobile, intelligence artificielle, télévision, domotique… Le champ des possibles est encore largement ouvert. 

Du cool, Apple nous en prépare encore forcément, même si elle doit maintenant se faire à l'idée que Microsoft aussi peut créer des gadgets chics et chers. Reste à savoir si l'on n'est pas passés à côté de la vraie question : des objets que l'on ne plus pas se payer peut-il rester cool bien longtemps ?

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.